Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 mai 2011 6 14 /05 /mai /2011 12:46

Bonjour à tous !

Pour le plaisir des oreilles, voici une petite vidéo repérée au cours de mes pérégrinations sur la toile. Pour info, c'était un article du Monde sur le dernier Kim Ki-duk présenté à Cannes, qui s'appelle Arirang.

Arirang est la mélodie populaire la plus connue de Corée. Et pour illustrer l'article, la vidéo d'une magnifique interprétation arrangée par le Japonais Joe Hisaishi, le génie qui a composé la bande originale de la plupart des chef-d'oeuvres de Hayao Miyazaki. Oulà, ça fait beaucoup de superlatifs élogieux dans une seule phrase, alors je vais me taire et laisser place au maître à son piano : 

 

 

La mélodie de Arirang est magnifiquement retranscrite, et par la suite on reconnaît bien les harmoniques si caractéristiques du maître... Voilà les relations coréano-japonaises telles que je les aime !

Qu'en pensez-vous ?

Repost 0
Published by Mimi - dans Musique
commenter cet article
19 février 2011 6 19 /02 /février /2011 08:34

Bonjour à tous !

 

Aah, ça faisait longtemps, encore une fois... Mais comme vous le savez, "pas de nouvelles, bonnes nouvelles". C'est juste qu'en ce moment, mon quotidien n'est pas super palpitant. Mais même en passant toute la sainte journée dans un bureau à effectuer des travaux de recherche assez arides, on arrive à faire des découvertes intéressantes !

 

Ces derniers temps, j'ai bossé sur une fiche de lecture portant sur un récent numéro de la revue Critique Internationale, le journal d'études internationales de sciences po Paris, s'il vous plait... Le numéro hiver 2010 avait pour thème les relations entre les deux Corées du temps de la Sunshine Policy, qui correspond à la politique de rapprochement engagée par le président Kim Dae Jung (ce qui lui a valu le prix Nobel de la paix pour ceux qui l'ignorent) en 1998 et poursuivie par son successeur Noh Moo Hyun jusqu'en 2008. Même si quelques articles sont assez académiques (les négociations sur le nucléaire, les enjeux politiques de la coopération économique), d'autres angles d'approche sont très intéressants. J'ai particulièrement aimé l'article de Stephen Epstein sur l'évolution de la représentation de la Corée du Nord dans la culture populaire du Sud. Évidemment l'auteur cite l'incontournable JSA, qui marque un tournant dans lesdites représentation en montrant des soldats du Nord humains et sympathiques. Mais il nous fait aussi découvrir des oeuvres moins connues. Et j'ai eu un coup de coeur pour les Tallae Umaktan (달래 음악단), un groupe de pop coréenne qui a eu son heure de gloire en 2006-2007 (eh oui, ça date dans ce milieu) dont la particularité est d'être composé uniquement de jeunes femmes réfugiées du Nord. Tout en se donnant une image pop, elles apportent bon nombre de caractéristiques de la musique du Nord (notez l'accordéon bien soviétique) qui peut paraître un peu désuet pour un spectateur occidental. On remarque aussi le port du hanbok, le vêtement traditionnel coréen, très répandu dans le milieu artistique nord-coréen mais un peu moins au Sud.

 

Stephen Epstein a étudié en détail le clip de leur chanson Motchaengi (l'élégant). Jetez donc un petit coup d'oeil :


 

Ce clip parodie deux films emblématiques portant sur les relations entre le Nord et le Sud : JSA et Welcome to Dongmakgol, que je vous conseille vivement de regarder si ce n'est déjà fait. Deux histoires sur fond de guerre et de tension, qui prônent le rapprochement plutôt que la lutte fratricide. C'est d'ailleurs tout le programme de la Sunshine Policy, dont les articles de Critique Internationale mettent en valeur les avantages indéniables.


Même si ce groupe est tombé en désuétude au profit d'autres girls bands comme Girls Generation ou 2N1 (qui, j'en suis sûre, seront elles-mêmes tombées dans l'oubli dans quelques mois), Tallae Umakdan a apporté une petite touche d'originalité et de fraîcheur dans le monde clinquant, artificiel et répétitif de la K-pop et porte un message de réconciliation bienvenu dans un climat inter-coréen qui a toujours été plutôt tendu. 


Ah, les paroles de la chanson ? Pas grand chose à voir avec la géopolitique, en fait... "Mon coeur t'appartient, tu es plus important que tout, chalalalala mon amour", tout ça...


D'ailleurs, dans leurs prestations live, on peut les voir beaucoup plus occidentalisées :


 

 

Alors, qu'est-ce que vous en pensez ? Avouez que l'air va vous trotter dans la tête un petit moment^^

 

C'est tout pour aujourd'hui ! A la prochaine (car je ne vous dit pas à bientôt) !

Repost 0
Published by Mimi - dans Musique
commenter cet article
30 août 2010 1 30 /08 /août /2010 12:55

Bonjour à tous !

 

Aah, ça faisait longtemps... Mais pas de nouvelles, bonnes nouvelles. Ces deux derniers mois, j'ai passé le plus clair de mon temps à GOAL. Rien qui vaille la peine d'être raconté mais le bonheur au quotidien. Mon travail de recherche des familles biologique n'était pas facile, il est vrai. Mais l'ambiance au boulot était formidable, le bureau lui-même situé dans le quartier de Hongik que j'adore, mes collègues adorables et mes supérieurs aussi gentils qu'efficaces. Après un été pareil, la rentrée va être dure...

 

C'est pour ça que j'ai profité des derniers jours de vacances pour répondre présente à la dernière invitation du PCNB pour ses blogueurs préférés : une escapade éclair d'une journée (pluvieuse, hélas) à Gwangju, la plus grande ville du sud-ouest du pays.

 

Tout d'abord, si l'on s'intéresse un tant soit peu à l'histoire moderne de la Corée, il est difficile d'ignorer que dans les années 1980, la Corée était encore une dictature militaire extrêmement violente. En mai 1980 (et non 1988, merci à Marc d'avoir relevé l'erreur) ont eu lieu à Gwangju des insurrections pour protester contre l'oppression (en particulier l'instauration de la loi martiale) et réclamer la démocratie, et celles-ci ont été réprimées dans le sang.

 

C'est donc tout naturellement que nous commençons notre visite par une petite cérémonie au parc du 18 mai, date qui a marqué le début des émeutes.

 

Au milieu se trouve un monument représentant deux mains stylisées qui encadrent un oeuf, symbole du renouveau de la démocratie :

 

SAM 0865

 

L'ambiance est sereine :

 

SAM 0868SAM 0869  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais la musique martiale qui passe dans les hauts-parleurs nous rappelle la solennité de l'endroit :

 

 

Nous arrivons au pied du monument et on nous demande de nous recueillir à la mémoire des centainesde personnes mortes pendant la répression de l'insurrection. Il y avait de nombreux membres des milices de citoyens constituées pour combattre les troopers du gouvernement, mais aussi énormément de civils rafflés au hasard. On n'a jamais su combien exactement.
SAM 0874
SAM 0875
SAM 0876
Nous nous rendons ensuite dans une salle de projection pour regarder une courte vidéo relatant les événements sanglants, à grand renfort d'images d'archives (surtout de la télé japonaise) à la limite de l'insoutenable, appuyées par des témoignages de journalistes américains racontant les troopers envoyés par Chun Doo-Hwan qui les ont mis en joue et comment ils ont senti le vent de la balle à leurs oreilles.
Dans la salle, il y avait également un groupe de visiteurs âgés. Quand la guide leur a demandé se cela ne les dérangeait pas qu'on passe le film en anglais pour nous, ils ont acquiescé avec de larges sourires. J'ai trouvé ça vraiment sympa.
Ensuite arrive l'heure du déjeûner, dans un très joli cadre :
SAM 0878
SAM 0884
Comme l'indique ce set de table, ce restaurant s'appelle Aeluhwa, ce qui signifie "que c'est bien !". Et il mérite bien son nom, tant l'atmosphère est relaxante et les serveuses, souriantes.
On nous a servi une pléthore de petits plats, tous plus succulents les uns que les autres. Avec une telle quantité, il y avait à peine besoin de riz et de soupe !
SAM 0880
SAM 0885Et mention spéciale au dessert : du sikkye au potiron ! Le sikkye, c'est une boisson fraîche au riz un peu sucrée, et le potiron lui donne encore plus de douceur, c'est parfait pour l'été étouffant coréen !
SAM 0886
Une fois nos estomacs bien replis, nous nous rendons au service des relations publiques de Gwangju pour y découvrir le nouveau projet de la municipalité. Il ne s'agit de rien moins qu'un centre culturel où les arts et spectacles de toute l'Asie pourront s'épanouir. Ce complexe inclut entre autres une agence d'information, de promotion et d'échanges culturels et un théâtre. Le coup d'envoi du projet a été marqué par la constitution d'un orchestre formé de musiciens d'une dizaine de pays asiatiques. Le complexe sera achevé dans quelques années. Voici en avant première à quoi cela ressemblera :
SAM 0887
Le complexe s'appelle "Forêt de lumière". En effet, l'architecte a laissé la part belle à la verdure.
SAM 0890
Mais pour l'instant, on n'en est encore aux échafaudages :
SAM 0895
SAM 0896Nous avons même eu droit à un petit speech de la part du directeur des relations publiques de Gwangju, ce qui prouve bien que les blogueurs du PCNB sont considérés comme des interlocuteurs de choix par les communicants coréens officiels.
A la fin de la visite, chacun d'entre nous reçoit un cadeau dans une petite boîte oblongue. Mauvaise langue, je me dis qu'avec un stylo en plus, je vais pouvoir ouvrir une papeterie... Mais en fait, c'est une très belle montre avec les caractères du premier alphabet coréen sur son cadran !
SAM 0892
On enchaîne sur le festival des musiques des musiques du monde, une autre manifestation qui fait de Gwangju une ville très dynamique en matière de culture.
La première partie du programme a lieu au Bitgoeul Civic Center, avec Debashish Bhattacharya, un génie de la guitare indienne.
Même si les photos et les vidéos étaient interdites, voici tout de même de quoi vous faire une idée sur la page officielle du festival. Y a même des vidéos youtube, tiens ^^
Après un dîner de bibimpap, le plat incontournable de la région, nous nous rendons au Pungam Sports Park pour un concert en plein air sous une pluie en pointillé...
SAM 0902
Tout d'abord, Tutu Kame, un groupe folklorique de Sarawak en Malaisie. Quand je les ai entendus, j'aurais juré qu'ils étaient d'Amérique du Sud, tellement leur musique pleine d'énergie rappelait les rythmes latinos (c'est peut-être une vision un peu réductrice...) Voici une vidéo que j'ai prise avant qu'apparaisse sur les écrans l'annonce interdisant les prises de vue...
Le public avait l'air d'apprécier, malgré la pluie intermittente :
Et nous avons dû repartir avant le meilleur : du samulnori fusionné avec du jazz. Et pas avec n'importe qui. Kim Dok-soo est une pointure du samulnori, et il était accompagné de Ahn Suk-sun, considérée en Corée comme un trésor vivant du pansori, et qui s'est aussi produite à Avignon. Le trio de jazz Red Sun assurait la partie jazz. Nous avons dû repartir pour Séoul avant le début mais ce que j'ai réussi à entendre pendant la balance était absolument magnifique.
Et nous sommes repartis à Séoul, encore une fois épuisés mais contents !
Repost 0
Published by Mimi - dans Musique
commenter cet article
26 février 2010 5 26 /02 /février /2010 11:01
Encore une fois juste pour le plaisir, et vu devant le Lotte Department Store de Myeongdong, quartier commerçant branché de Séoul par excellence :





Vous aurez peut-être reconnu l'incontournable Arirang, à la sauce un peu rock. Ces trois demoiselles jouent du haegeum (le fameux violon à deux cordes, qui n'est pas évident à manipuler debout d'ailleurs), du taepyeongso (hybride entre la trompette et le hautbois) et du gayageum (grande cithare posée sur tréteaux, que je vais commencer à étudier à partir du mois de mars ^_^)... et vous aurez remarqué une invitée surprise...

Ca vous a plu ?
Repost 0
Published by Mimi - dans Musique
commenter cet article
5 décembre 2009 6 05 /12 /décembre /2009 07:56
Désolée pour cette petite interruption, surtout après les soutiens chaleureux que j'ai reçus ces dernières semaines ! Je viens de terminer l'une de mes grosses dissertations de fin de semestre, non sans mal, pour un prof britanique assez exigeant. Elle devait faire de 4000 à 6000 mots, elle en fait quatre mille deux. Je danse vraiment au bord du précipice...

Sinon, cela fait déjà une grosse semaine que les cours de haegeum proposés par le centre des arts traditionnels ont pris fin. Pour marquer le coup, le centre a organisé un petit concert où les classes pour étrangers et les classes pour les familles ont pu se produire en public. Et en costume, s'il vous plaît... Comme nous n'avions que trois mois de cours au compteur, à raison de deux heures chaque samedi, ce n'était pas resplendissant. Mais on s'est bien amusés, ça valait le coup !


Et nous avons aussi pu admirer les performances des autres. Voici Dolaji par une classe d'ados coréennes :




Et l'incontournable Arirang par une autre classe d'étrangers qui s'en sort vraiment bien :



C'est tout pour cette fois-ci ! Ces prochains jours, je vais récupérer un peu, terminer mon deuxième gros devoir, dire au revoir à mes amis et faire mon shopping de Noel.

A la prochaine (peut-être au marché de Noel de Strasbourg) !


Repost 0
Published by Mimi - dans Musique
commenter cet article
29 octobre 2009 4 29 /10 /octobre /2009 11:30
Je sais, ça fait pas mal de temps sans mise à jour et y a un certain caribou qui s'ennuie dans son bureau et réclame des nouvelles de sa grande soeur, qui est très très très occupée... (s'il s'ennuie tant que ça, il pourrait mettre des photos de son nouvel appart dans son cyworld, hein ? hein ?)

Donc histoire de le réveiller un peu, voici un petit échantillon de la musique qui bouge bien et que j'aime bien. J'attends vos feedbacks...

Je persiste et signe avec W&Whale, Born to Rock, apparemment écrit pour la marque de vêtements Gap.


Comme je crois que le Caribou a eu sa période Craig David, voici l'interprétation de sa chanson Insomnia en coréen par Wheesung.


Maya, voilà une nana qui fait du bon rock. Elle a adapté un célèbre poème dans une chanson qui s'appelle Azalée.


Allons-y un peu dans le girls band, même si je suis pas trop fan de ça. 2NE1 (prononcez comme twenty-one) est le groupe de l'heure, si ce n'est pas de l'année (mais en Corée, la notoriété de ce genre de trucs va rarement au-delà), et Fire, ça bouge pas mal !


L'électro coréenne n'est pas super connue mais j'aime bien. Voici Pennylane avec Satif-fiction.


Biuret, avec Sleeping Beauty, encore du bon rock de filles.


Et encore un peu de Maya parce que j'adore ça !

困浅寸寸


그것만이 내 세상


Voilà pour aujourd'hui. Et si le caribou n'est pas encore content (et s'il ne me laisse pas son avis dans les commentaires), qu'il aille se faire voir chez les orignaux... orignals...

Enfin bon.
Repost 0
Published by Mimi - dans Musique
commenter cet article
19 septembre 2009 6 19 /09 /septembre /2009 08:21
Grâce à St Thomas-ribou (oulà, ça sonne mal), j'ai une superbe transition pour ma prochaine note !

Tout d'abord, allez jeter un coup d'oeil sur les liens qu'il a postés dans son commentaire sur le haegeum-fusion, ça vaut le coup ! OK, dans la première vidéo, les filles qui jouent du gayageum font un peu tapisserie, et le son beatbox ne plait pas à tout le monde, mais c'est sympa quand même. Et la deuxième est géniale ! Merci, petit frère !

Comme vous avez pu le constater, la mode est aux ensembles musicaux formés d'interprètes en général assez jeunes, qui mélangent la musique traditionnelle coréenne et la musique contemporaine occidentale d'une manière très réussie.

L'une de mes professeures de haegeum a justement fondé un groupe de fusion et nous a conviés à son premier concert. Son groupe s'appelle Garamhui, ce qui signifie "un bol assez grand pour contenir le flot d'une rivière". Par contre, on ne nous a pas expliqué d'où venait ce nom...

Quoi qu'il en soit, le spectacle valait le coup. C'était un mélange de compositions de notre prof et de morceaux existants "remixés" à la corénne, comme le canon de Pachevel sur la vidéo.


Great Harvest (la grande moisson)

Ce morceau inédit décrit la vie des fermiers tout au long de l'année, et les émotions qu'ils peuvent ressentir.

Libertango


Je pense qu'on ne présente plus ce tango célèbrissime (que j'ai d'ailleurs interprété avec les potes de l'orchestre de pipoland, à l'époque bénie où on faisait de la musique à la fac pour se détendre). Je trouve qu'il convient parfaitement aux sonorités du haegeum, de l'orgue de bouche et des gayageums et azengs (les grandes cithares alongées).


Arirang Frontier



A l'écoute, ce morceau très énergique n'a pas grand' chose à voir avec le Arirang que tout le monde connait. Mais après tout, il existe de nombreuses versions de cet air, c'est un peu un standard... Et cette adaptation-là mérite bien le nom de "frontier", car on imagine tout de suite les cow-boys et les indiens durant la conquête du grand ouest. Arirang est normalement l'histoire d'une femme abandonnée par son amant, mais ici, les musiciens ont voulu lui donner une connotation plus dynamique.

Help me through the day

Une adaptation d'un morceau de blues suédois... C'est sûr, c'est pas du Nightwish.

Boat song



Agréable et dynamique. Attention que le bateau ne chavire pas !

Patoma

Une chanson grecque qui signifie "il pleut".

Et on termine avec le très onirique rêve

Le rêve, encore un sujet de choix pour les instruments traditionnels coréens.

Ce genre de musique mériterait d'être plus connu. Quoi qu'il en soit, il me fait toujours passer des bons moments, et à vous aussi j'espère !

A bientôt !
Repost 0
Published by Mimi - dans Musique
commenter cet article
14 septembre 2009 1 14 /09 /septembre /2009 12:54
Un beau samedi, en me rendant à mon cours de haegeum, j'ai remarqué qu'un festival de musique folklorique avait lieu au centre national de la musique traditionnelle. Caribou, t'endors pas tout de suite, je pense que ça va te plaire...
Des délégations de toutes les provinces de Corée étaient représentées et attendaient leur tour pour se produire devant le public tout en brandissant leur étendard. Ca m'a un peu fait penser à la potée portoise...



Très impressionnant !

Quand le cours s'est terminé (mes pauvres petits doigts étaient en bouillie), j'ai été jeter un coup d'oeil à la scène, juste par curiosité.

A ce moment-là, c'était une danse des masques. La plus connue de Corée est celle du village de Hahoe, mais celle-ci avait l'air d'être originaire d'un autre endroit. Quoi qu'il en soit c'était très expressif :




L'orchestre était bien caché :




Et voici un... chien ? Un croisement inédit entre un bobtail et un teckel ? En tout cas il obéit bien et il a le sens du rythme !



Allez, fais le beau !



Et on applaudit les artistes !



Une délégation de dignes vieilles dames venues du Cholla-do (Sud-ouest de la Corée) attendaient leur tour.


Alors que trois chanteuses les accompagnent de leur voix puissantes...



...Elles commencent à faire une ronde, comme dans nos chers spectacles de fin d'année de cours moyen...



Je me dis que si c'est pour voir des mamies tourner en rond ad vitam eternam, je reste cinq minutes et je vais manger...

Tiens, ça s'anime un peu !



Les figures se compliquent un peu... Et quelle souplesse !



Attention, le meilleur est pour la fin...



Voici le chant des sirènes :



Jamais je n'aurais pensé que des mamies pouvaient faire ça. En tout cas c'est la chose la plus hallucinante que j'aie jamais vue ou presque...



Le tout a duré une bonne demi-heure, et on ne s'est pas ennuyé une minute. Tout cela doit demander beaucoup d'endurance, respect !

Pour finir, j'ai fait un petit tour parmi les stands de festival, eux aussi très instructifs quant à la culture traditionnelle coréenne.







Encore une bonne après-midi de passée ! Ca vous a plu ?
Repost 0
Published by Mimi - dans Musique
commenter cet article
10 septembre 2009 4 10 /09 /septembre /2009 09:17
Histoire de vous montrer à quoi ressemble ce magnifique instrument, faute de démonstration en live (pour le moment), voici quelques vidéos de Ccotbiel (fleur étoilée si je ne me trompe pas) dont la musique est un mélange de tradition coréenne et de musique occidentale moderne, afin de faire découvrir le son coréen à un large et jeune public. C'est ce qu'on appelle la fusion, et ça existe aussi bien en musique qu'en cuisine (avec plus ou moins de bonheur)

Voici deux jolis morceaux de cette artiste :

Querer




Dancing in Blossoms




Joli, n'est-ce pas ? Le haegeum n'est pas un instrument puissant, mais sa sonorité peut exprimer beaucoup d'émotions, et s'accorde parfaitement à ce mélange avec la musique occidentale.

Allez, la prochaine fois, dans la section musique je parlerai un peu de rock et de girls bands pour réveiller le caribou !
Repost 0
Published by Mimi - dans Musique
commenter cet article
8 septembre 2009 2 08 /09 /septembre /2009 08:50

C'est la rentrée pour les étudiants coréens et internationaux, et de nombreuses activités sont proposés aux résidents étrangers pour oublier les difficultés de la vie d'expat et découvrir la culture coréenne

Le semestre dernier, c'est au musée folklorique que j'ai découvert le danso, la jolie flûte verticale coréenne. Cet automne, c'est au centre national de la musique traditionnelle coréenne où je me rendrai chaque samedi matin pour y apprendre le haegeum, sorte de violon à deux cordes bien connu en Asie, au son très mélodieux.




Voici à quoi ça ressemble :





On en joue assis par terre sur un coussin, en posant la caisse de résonance sur la cuisse gauche et en faisant glisser l'archer sur l'une ou l'autre des deux cordes (une aigue et l'autre grave). Pour l'instant, je n'ai pas encore de fichier audio ou vidéo de ce magnifique instrument mais ça ne saurait tarder, si notre professeur nous gratifie d'une petite démonstration.

Nous avons passé le premier cours à étudier le nom coréen des différentes parties de l'instrument, et, comme pendant le cours de danso, à apprendre à lire la notation chinoise de la mélodie et du rythme, qui est vraiment compliquée. Voici à quoi ça ressemble (ce livre fait partie du musée de la musique traditionnelle coréenne) :




Nous avons ensuite tenté de tirer quelques sons de notre instrument, mais comme vous vous en doutez, ça ressemblait aux vocalises d'une bande de matous quand le printemps arrive...

Le cours s'est terminé assez rapidement, et j'ai ensuite fait un petit tour au musée de la musique traditionnelle coréenne, qui était malheureusement en travaux. Il y avait quand même de jolies pièces :




On y expose également des vêtements et instruments ayant appartenu à des grands maîtres :



Il y a aussi quelques instruments venant d'autres pays (Asie centrale, Indonésie...) :



Et pour d'autres images, j'ai créé un album photo sur ce sujet !

A bientôt !
Repost 0
Published by Mimi - dans Musique
commenter cet article