Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 14:51

On a tous connu des fêtes et des célébrations d'où on est parti en douce avant la fin car on était bousculé, fatigué, etc...

Eh bien j'ai fait ça... pour l'anniversaire de Bouddha. Honte sur moi.

Selon le calendrier lunaire, en 2011, le joyeux événement est prévu pour le 10 mai. Et chaque année à Séoul, dans le quartier du temple de Jogyesa en plein centre ville, il y a un très beau festival et la parades des lanternes, assez célèbre même à l'étranger. Cette année il a eu lieu le samedi soir, et je n'ai pas pu le voir car j'ai rendu visite à mon père ce jour-là pour le Jour des Parents (car en Corée, on fête les pères et les mères en même temps, ça permet aussi les cadeaux groupés^^)

Ce dimanche, je me suis quand même rendue au festival qui a lieu toute la journée. 

On y voit déjà les lanternes :


SAM 1095


SAM 1096

 

Diverses activités pour petits et grands permettent de mieux faire connaître le bouddhisme coréen et la culture coréenne traditionnelle. Il y avait par exemple un atelier d'acupuncture pour les mains... D'habitude j'aime bien essayer les trucs inconnus, mais là, c'était tout de même un peu trop !

 

SAM 1100

 


 

 

Et on y trouve aussi d'intéressantes productions :

 

SAM 1098

 

SAM 1102

 

SAM 1103

 

Les groupes de rock et de rap qui se produisaient de chaque côté de la rue donnent une note plus contemporaine :

 


 

 

 

Mais voilà... Comme tout le monde était invité pour les réjouissances, c'était un peu bousculé :

 

SAM 1099

 

SAM 1097

 

Bon, ce n'était pas l'horreur, mais quand même...

J'ai fini par rentrer chez moi pour me reposer sans assister à la parade finale qui avait lieu dans quelques heures, car mine de rien... j'ai des plans pour lundi... J'en reparlerai peut-être dans un prochain post.

A bientôt !

Repost 0
23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 05:15

chuseok 2010

 

Pas de nouvelles, bonnes nouvelles, n'est-ce pas ? 

 


En ce moment, rien de très excitant... Les pluies torrentielles et la chaleur humide ont enfin cessé pour laisser la place à des matins clairs et frais...




P100923002

 

 

 

A bientôt !

 

Repost 0
29 juin 2010 2 29 /06 /juin /2010 07:51

Bonjour !

 

D'abord, toutes mes excuses pour ce long hiatus... Contrairement aux idées reçues, la vie d'étudiant est loin d'être une sinécure, surtout en Corée. Des fois, au milieu de mes disserts de 15 pages, ça me donnait envie de tout plaquer pour commencer à écrire un concerto pour vuvuzela ou un roman de vampires qui se passerait dans une école de magie...*

 

Mais heureusement, même les pires choses ont une fin, et j'ai pu profiter un peu de la vie quand les exams se sont terminés. Et hurler en choeur avec les diables rouges est un parfait défouloir !

 

 

Je passerai sur la prestation fort minable de notre équipe nationale, pour me concentrer sur le parcours plus qu'honorable des guerriers taeguk, les footballeurs sud-coréens. Et à chaque fois, leurs supporters nommés les diables rouges nous mettaient le feu ! Lorsde la dernière coupe du monde en Allemagne, j'en parlais déjà ici. Franchement, il est rare de voir une ambiance aussi festive et pourtant aussi sûre. Contrairement, à ce qui se passe en Europe, les soirs de matchs, il y n'y a pas de casse, ou si peu. Aussi quand une copine m'a envoyé un texto pour me proposer d'aller sur la place de l'hôtel de ville pour regarder le match Corée - Nigeria, même si le match commençait à 3h du matin, je me suis dit qu'après tout, on ne vit qu'une fois.

 

Avec quelques autres fières demoiselles de la GSIS de Ewha, nous nous sommes équipées de la panoplie indispensable du supporter. L'incontournable t-shirt rouge, les écharpes, les serre-têtes en forme de cornes qui clignottent, les tatouages qui sont un cauchemar à ôter le lendemain, les pizzas, les chips ET LES BIERES !

 

Arrivées sur place à 23h, l'endroit est déjà blindé :

 

SAM 0751

 

SAM 0747

 

Désolée pour la piètre qualité des photos de nuit. On va dire que c'est de l'art abstrait...

 

On a commencé par regarder le match Argentine - Mexique (si je ne me trompe pas). A la fin, notre copine mexicaine faisait une petite mine...

 

Ensuite, les diables rouges se sont entraînés sur quelques-uns de leurs chants mythiques, comme Pilsung Korea :

 

Et nous avons eu droit à un concert sympatoche, avec à la fin, le girls band de l'heure (et en Corée, ça ne dure guère plus longtemps) After School, qui nous a interprété trois de ses tubes : Diva, Bang et un troisième que je n'ai jamais entendu. Si un caribou en goguette a une idée en écoutant cette vidéo...
A 3h, le match peut enfin commencer. Le résultat, vous le connaissez. C'est drôle, à chaque fois que je mouille mon maillot rouge pour aller encourager les guerriers taeguk toute la nuit, ils gagnent jamais, voyez contre la Suisse il y a 4 ans... Mais l'ambiance était bonne, à part quand les supporters se sont mis à huer dans les dernières minutes à chaque fois qu'un nigerian faisait un corner. Et quand on a appris que la Corée allait en 8ème, les supporters ne cachaient pas leur joie :
SAM 0756
Encore un beau petit matin clair (et surtout frais) pour la Corée, même si l'euphorie n'a pas duré longtemps. Mais c'est pas grave, bravo quand même !
SAM 0755
Repost 0
15 février 2010 1 15 /02 /février /2010 03:25
(avec un jour de retard, désolée !)

Ce 14 février, les coréens ont fêté le nouvel an lunaire, que l'on célèbre ici plus que noël ou le réveillon. A cette occasion, le jour-même du Solnal, ainsi que la veille et le lendemain sont fériés. Manque de bol, cette année ça tombait un dimanche... J'ai quand même pu aller passer quelques jours avec mon père et sa famille.

Ma tante n'a pas chômé. Elle a préparé toute la nourriture pour les offrandes et a offert à mon père un beau hanbok fait main. En effet, le nouvel an lunaire est l'époque où l'on offre des habits neuf pour l'année à sa famille.

Et voici le traditionel repas que l'on offre aux ancêtres. Appétissant, non ?

solnal 2010

La cérémonie s'est déroulée de la même façon que le chuseok. Ma cousine et moi étions présentes mais ma tante, très traditionnelle, s'est retirée dans la chambre d'à côté car théoriquement, seuls les hommes peuvent présenter les offrandes. Heureusement pour moi, mon père et mon oncle ne sont pas trop portés sur ce genre de considérations...

Ma tante est repartie assez rapidement et nous avons passé pas mal de temps à lézarder devant la télé... un peu comme un réveillon de chez nous, quoi !

Et puis mine de rien, nos chères profs du centre de langue ont profité des jours fériés pour nous donner plein de devoirs...

Sur ce, à bientôt et bonne année du tigre !
Repost 0
9 février 2010 2 09 /02 /février /2010 08:31
Toujours dans la série "Ewha gâte ses petits étudiants étrangers", l'institut de langues nous a concocté un charmant festival du nouvel an lunaire. Pour info, cette année ça tombe le dimanche 14. Toujours ça de fait pour faire oublier la St Valentin...

Nous arrivons en classe à 10h et l'on nous apprend qu'une bonne soupe de gâteaux de riz et de raviolis est déjà prête pour nous ! La soupe de gâteaux de riz est le plat que les coréens mangent à chaque nouvelle année lunaire. On nous l'a servie avec d'autres délicieux plats d'accompagnement : des bouchées de viande, des nouilles japchae et une mandarine.

SAM 0314

Ensuite, direction l'auditorium pour un spectacle spécial !

Entre en scène le club de samulnori de Ewha :




 


Impressionnant et plein d'énergie, comme d'habitude.

On enchaîne sur un choeur de charmantes demoiselles en hanbok qui nous interprètent des chants de la nouvelle année :



Il y avait aussi quelques performances de danse un peu façon tektonik ou "j'ai foutu mes doigts dans la prise de courant", c'est pas trop mon truc...

Un des points forts de ce moment a été le discours de la directrice de Ewha, qui a tenu à saluer en personne les étudiants et les professeurs étrangers :

SAM 0320

Et enfin, le club de chanson pop nous interprète quelques tubes du moment :








Bon, j'avoue, à part "Nobody" qui est déjà vieux comme mes robes, je ne connais aucune de ces chansons. Vas-y caribou, fous-toi de moi dans les commentaires...

Nous avons reçu chacun des gâteaux de riz et un gâteau au miel :

SAM 0338

Mais ce n'est pas fini ! Nos professeurs nous on préparé quelques sympathiques jeux traditionnels histoire de se bouger les fesses. Entre autres, il y avait celui où l'on doit lancer des baguettes dans un vase très étroit... Bien plus difficile qu'on le pense !

SAM 0334

Bref, encore une bonne journée...
Repost 0
5 octobre 2009 1 05 /10 /octobre /2009 05:00
Ce samedi, c'était Chuseok, la fête des moissons, que l'on décrit souvent comme le thanksgiving coréen. Ce jour-là est férié, ainsi que la veille et le lendemain. En général, dans les entreprises on en profite pour faire un pont et bénéficier de presque une semaine de vacances, mais manque de bol, cette année ça tombait un samedi, c'est-y pas ballot ?

Mais c'est vrai que pour les femmes, ce n'est pas vraiment des vacances. Elles passent leur temps en cuisine à préparer les mets tandis que les invités hommes discutent dans leur coin au salon, sans parler que eux seuls ont le droit d'accomplir les offrandes rituelles. Donc peut-être sont-elles soulagées que ça dure moins longtemps.

Quoi qu'il en soit, durant cette période, Séoul se vide littéralement tandis qu'un flot de voitures se déverse sur les autoroutes de province. En effet, les gens reviennent souvent à cette occasion dans leur ville natale revoir leur famille. Ewha avait donc affrété des bus navettes pour les grandes villes de province, et ma coloc de Gwangju a réservé son billet de train au tout dernier moment pour profiter d'une place qui se désiste. C'est pas maman qui ferait ça, tiens... Mais ma coloc est une aventurière, et c'est pour ça que je l'adore (et aussi parce qu'on joue les tours de ménage à super mario et que c'est moi qui gagne tout le temps)

De mon côté, j'ai passé un petit week-end chez mon papa à Ilsan, qui avait invité deux trois oncles et tantes pour l'occasion. Autant pour le solnal (nouvel an lunaire) dernier on avait passé pas mal de temps à faire la cuisine (enfin, surtout lui, moi je goûtais solennellemnt les trucs délicieux qu'il me mettait dans la bouche), autant là on s'est détendus car c'était une des tantes qui devait apporter la boustife.

Le samedi matin, après une mauvaise nuit (ils avaient laissé la télé allumée jusqu'à 3h du mat), je me réveille à temps vers 7h pour la cérémonie du Jesa, l'offrande aux ancêtres.


Il y avait les photos de ma mère décédée et de mes grands parents, le tout encadré par des bougies.
Ensuite, trois ensembles de bols à riz, bols à soupe, baguettes et cuillers, ainsi que deux coupelles à alcool. Pour l'occasion, c'était du saké japonais assez cher.
Sur la table s'étalent les mets les plus chers (ma famille m'a détaillé par le menu le prix des différents poissons), des beignets délicieux faits par ma tante ainsi que du raisin de sa ville natale, des ttoks (gâteaux de riz) avec des aiguilles de pin, des fruits, du kim (algue séchée) et j'en passe...
Sur le devant, deux baguettes d'encens qui brûlent, et un récipient pour y jeter la liqueur.

Durant la cérémonie, mes tantes sont allées dans la pièces d'à côté mais on m'a dit que je pouvais rester avec l'oncle pour regarder.
Mon père a fait une première révérence. Il m'avait proposé de la faire, je lui ai dit que je ne savais pas (y a une technique spéciale différente pour les hommes et les femmes) et il a maugréé "mais qu'est-ce qu'on apprend aux mômes à l'école de nos jours..." Il a ensuite servi les défunts en liqueur. J'ai pu verser le saké dans les coupelles, et nous les avons tenues trois fois au-dessus de l'encens pour que les ancêtres puissent en profiter. Ensuite, nous avons jeté l'alcool dans le saladier blanc. Tout en parlant de la pluie, du beau temps et du radiateur avec mon oncle, mon père changeait les baguettes et les cuillères de place d'un plat à l'autre, et a fait une seconde révérence. Pour finir, après quelques minutes, il a fait une troisième et dernière révérence, et tout le monde a pu venir manger. Nous avons bu une gorgée de l'alcool du saladier blanc (celui que les ancêtres ont goûté), d'après ce que j'ai compris ça porte bonheur. Et nous avons festoyé comme il se doit en Corée lors des fêtes traditionnelles. Mon père m'a raconté que dans sa jeunesse, il ne pouvait manger de viande que lors du chuseok, du solnal et des anniversaires. Alors autant en profiter...

Nous aurions dû passer le reste du week-end chez l'oncle et la tante mais personne n'était très chaud. Et en plus j'avais du travail en retard. Si, c'est vrai ! Je suis donc rentrée à Séoul en profitant des rues presque vides et très calmes, avec l'agréable sentiment d'avoir passé un bon moment en famille (ce qui n'a pas été toujours le cas des dernières années ici en Corée)

Bon, j'ai encore du boulot, moi... A bientôt !
Repost 0