Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 août 2011 2 16 /08 /août /2011 14:11

Divers 0167En ce moment en Corée, les seuls répits que nous laissent les pluies torrentielles, ce sont les périodes de chaleur étouffantes. Les Coréens s'y sont faits depuis longtemps et ont leurs petits trucs pour échapper à la canicule...

Ainsi, on dit qu'en été, il y a trois jours où il fait particulièrement chaud, et que c'est précisément là qu'il faut manger de la nourriture particulièrement énergétique pour bien transpirer et mieux supporter la chaleur les jours d'après. D'une certaine façon c'est logique... Tenez, ces braves gens vous expliqueront mieux que moi ^^

Et c'est pourquoi samedi dernier, lors du dernier de ces trois fameux jours (il était temps !), nous nous sommes retrouvés dans le coquet petit studio de cuisine d'une ancienne de GOAL afin d'y préparer le plat emblématique de l'été coréen : le samgyetang, une soupe de poulet brûlante parfumée au ginseng. Y avez-vous déjà goûté ? Beaucoup d'ingrédients, n'est-ce pas ? Ca peut paraître compliqué, mais les charmantes assistantes et la maman de l'une d'entre elles qui est spécialiste en cuisine traditionnellre, nous avaient déjà comme qui dirait "mâché" le travail... 

Les petits poulets (un par personne, quand même) avaient déjà été dégraissés et vidés, et les ingrédients, préparés. Tout ce qu'il nous fallait faire, c'est cribler l'intérieur du bestiau avec tout le contenu de cette assiette : riz gluant, noix, jujubes, ail et racines de ginseng. Costaud, costaud...

 

Divers 0155

 

Ensuite, il fallait replier les pattes du poulet et lui faire faire toute une gymnastique pour le faire rentrer dans la marmite. Ne plaignez pas la pauvre bête, le résultat était tellement délicieux qu'il devrait être content d'être passé à la casserole !

 

Divers 0167

 

Pour ne rien laisser perdre, notre spécialiste a accomodé les restes. Elle a pris le riz gluant, l'a mélangé avec des jujubes émincés pour ensuite les faire cuire à la vapeur dans un panier de bambou :

Divers 0163

 

Et voilà ! D'habitude, on le vend sous forme de briquettes dans les magasins de tteoks (gâteaux de riz), et c'était la première que j'en mangeais du tout frais. Délicieux, on reconnaît bien la célèbre omma son (main de la maman) coréenne !

Divers 0169

J'ignore si cela m'a vraiment préservée de la chaleur des jours à venir (en tout cas, il s'est remis à pleuvoir et j'ai attrapé un rhume carabiné à cause de la clim) mais en tout cas, je me suis régalée !

Repost 0
3 décembre 2010 5 03 /12 /décembre /2010 06:17

Quel titre archi nul... Je vous l'ai déjà dit, en période d'examen, je perds 50 points de QI d'un coup

Juste une toute petite news en passant, shootée avec mon téléphone portable.

Voici comment on fête le Beaujolais Nouveau en Corée (et très probablement au Japon) de nos jours !

P101203001

Un site que j'aime bien nous donne le fin mot de l'histoire... Le fait de trouver ce genre de pub dans une supérette illustre bien ce concept de culture mainstream, je pense... Mais j'imagine que l'emplacement de Ewha n'a pas non plus été choisi au hasard. Et comme en ce moment je reste dans mon trou comme un rat, je n'ai pas vraiment pu observer s'il y a aussi ce genre de pub dans d'autres quartiers de Séoul.

Bon, c'est mieux que rien, vous me direz !

P101203002

Tchin tchin ! Buvez à ma santé car moi j'ai pas le droit de picoler au dortoir... Je me rattraperai dans deux semaines !!!

Repost 0
11 novembre 2009 3 11 /11 /novembre /2009 12:01
Aujourd'hui est un jour un peu spécial en Corée. L'armistice de la première guerre mondiale ? Vous n'y êtes pas du tout ! Aujourd'hui c'est le 11/11. Et ça forme quatre petits bâtons, vous me suivez ? La marque de gâteaux Pepero n'a pas été chercher plus loin pour faire un coup marketing qui marche assez bien...

Les pepero, ce sont des biscuits allongés en forme de batonnet, recouverts par une couche de chocolat. On les décline aussi à la fraise ou avec des éclats de noisette. En France, c'est davantage connu sous le nom de "mikado". Et comme la date du 11/11 forme quatre petits bâtons, Pepero a décreté que ce serait le jour du pepero, ces gâteaux en forme de bâtons. Vous me suivez toujours ? C'est fou.

Naturellement, tout est prétexte à la vente de gougouilles inutiles pour marquer le coup. Peluches, pepero géants grands comme des parapluies, chocolats en tout genre...

Voyez plutôt :



La boulangerie Paris Croissant décline sa version en forme de coeur. Malheur au jeune homme qui n'en offrira pas à sa chérie...













Comme vous pouvez le voir, il n'en faut pas beaucoup pour faire consommer les coréens comme des fous. Il faut dire aussi que dans ce pays, il y a beaucoup de "jours de" et de "fête de "... Genre "jour de la lecture", "jour du sport", "jour des arbres", et le mirifique "jour des étrangers". Ce n'est pas compliqué de surfer sur cette vague.

Et encore, pour la St Valentin le déchaînement marketing est bien pire que ça. Et le 14 mars, on rempile avec le White Day, où ceux qui ont reçu des chocolats sont censés en acheter pour ceux qui leur en ont offert. Et un mois plus tard, c'est le Black Day, où les malheureux célibataires se retrouvent pour manger des nouilles à la sauce noire, en espérant trouver l'âme soeur...

"Faut-il s'ennuyer dans la vie pour inventer des trucs pareils", me dis-je quand je suis d'humeur sarcastique (ce qui m'arrive souvent). Enfin, à méditer !

Bonne journée à tous et un grand merci aux dames qui m'encouragent par leurs commentaires !
Repost 0
5 mai 2009 2 05 /05 /mai /2009 14:33
Rien de bien neuf ces temps-ci...

J'ai terminé les démarches d'admission en master, et c'est seulement maintenant que je me rends compte que mes choix et stratégies étaient désastreux, genre mettre Sogang en deuxième choix alors qu'il n'y a que 4 places, ou faire l'impasse sur le TOEFL pour une GSIS...

Demain je rempile pour les exams, mais comme je sature un peu à m'enfourner du vocabulaire hyper crucial du genre "la charette à prisonniers" ou "le gilet pare-balles".

Parlons donc d'autre chose : Lucile que je ne vous présente plus m'a un jour proposé de nous offrir un petit partenariat entre nos deux blogs. Comme vous avez pu le constater, la Corée et l'art de la table sont loin d'être incompatibles ! Avec comme cadre l'anniversaire de Bouddha qui tombait le 2 mai (là aussi j'ai un peu fait l'impasse), Lucile nous propose un aperçu de la gastronomie coréenne : le kimpap et le bulgogi (les roulés aux algues, c'est une amie coréenne qui me les a montrés mais pour l'instant j'en ai encore jamais vu ici, mais ça fait rien, c'est sympa pour un pique-nique^_^)

Cliquez ici
pour ce petit tour d'horizon !

Merci beaucoup Lucile ! J'ai hâte qu'on puisse se revoir (et pas seulement pour ta délicieuse cuisine) !
Repost 0
11 avril 2009 6 11 /04 /avril /2009 15:31
Au milieu de la frénésie des démarches d'admission en master, j'en perds mes cheveux, le sommeil mais pas encore l'appétit.

C'est hier que j'ai tenté de suivre les traces de notre talentueuse Lucile (merci de me rappeler toutes nos belles traditions françaises !) et de me plonger dans les mystères de la cuisine asiatique.


ETAPE 1 : LE BIBIMPAP
Le bibimpap est un plat bien d'ici, simple, nourrissant, équilibré et... pimenté ! Comme il n'y a pas que les examen de prononciation et les tests de vocabulaire dans la vie, l'institut de langues de Séoul nous a offert un stage de cuisine, afin d'en apprendre plus sur cette recette emblématique.

La leçon avait lieu au Rinnai Building dans le quartier de Hongik. Rinnai est une marque d'électroménager réputée et profite des cours de cuisine dans ce bâtiment pour faire de la pub pour ses équipements.

Mais il faut bien avouer que la cuisine est somptueuse. Nous pouvons observer en temps réel grâce à une caméra ce que fait le professeur :


Ce jeu de petites cuillères sert à ne pas se planter dans les proportions. Allez, tous avec moi, deux grandes cuillères de sauce soja et une petite de graines de sésame !


Le bibimpap consiste à la base en un grand plat de riz blanc :

Et dans ce bol, on doit rajouter divers ingrédients variant selon les recettes et les régions, que l'on a au préalable émincés, mélangés à la main avec les condiments et fait frire séparément. Vous voyez que les braves mères de famille coréennes n'ont pas le temps de s'ennuyer.

Ici, nous avons des carottes, des courgettes, du bulgogi (boeuf émincé et mariné), divers sortes de champignons, des pousses de soja et des herbes de la montagne :


Sans oublier les condiments qui donnent du goût à la garniture : sauce soja, huile, poivre, sel et graines de sésame.


On dispose tout cela artistiquement sur les plats de riz blanc (ça j'y arrivais bien, youpi!) et on agrémente d'un oeuf sur le plat :

C'est prêt ? Tut tut tut ! On oublie le plus important ! La sauce épicée qui donne tout le piment au plat.


On rajoute plus ou moins de sauce pimentée selon son goût, et on mélange énergiquement ! Après tout, "bibimpap" signifie "riz mélangé". Cela donne cette bouillie rouge, déjà plus caractéristique des plats coréens :

Et cette fois-ci c'est prêt ! 맛있게 주세요! Bon appétit bien sûr !


ETAPE 2 : OKONOMIYAKI AVEC IONA
A peine le cours terminé, je reçois un coup de fil de Iona qui sur Hongik en ce moment. Nous nous retrouvons pour prendre un café dans un des nombreux petits salons de thé cossus de ce quartier branché et plein de charme. Un jour promis, je ferai un superbe album photos dessus !

Nous décidons ensuite de nous offrir une spécialité japonaise pour le soir : l'okonomiyaki. Je n'avais encore jamais vu ça à part dans les mangas. Au resto, il y a déjà une queue longue comme le bras, ce qui prouve bien la qualité de la cuisine.

Après avoir suffisamment bavé sur le menu, nous nous installons à notre tour. Les tables du restaurant comportent une grande plaque chauffante sur laquelle le serveur fait cuire les ingrédients.

L'okonomiyaki en lui-même est une sorte de galette de chou chinois émincé fourré à la viande ou aux fruits de mer. C'est très sain.
Voici comment ça se prépare :

Ca a déjà l'air très appétissant quand ça frit !


Nous avons aussi commandé de l'omelette fourrée au bacon (sur la gauche), et le tout est saupoudré de copeaux de thon séché, c'est un régal !

On retourne l'okonomiyaki comme une crêpe, et arrivent les nouilles sautées aux fruits de mer :


Et le temps que l'on mange les deux premiers, l'okonomiyaki est prêt ! Le serveur arrive et verse de la mayo et de la sauce brune :

Et là, on partage la galette et qu'est-ce qu'on se régale...

J'adore cette façon de manger, et en plus, la plaque et les ingrédients sont faits de telle sorte qu'il n'y a pas d'éclaboussure d'huile (je déteste ça).

Quelle magnifique journée sous le signe de la gastronomie !

Allez, je me replonge dans mes dossiers d'inscription...
Repost 0