Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 février 2009 3 04 /02 /février /2009 11:20
beGlob est une toute nouvelle plate-forme internet dédiée au voyage. Ca vient juste de sortir, elle n'est est qu'à sa version alpha, mais elle semble déjà très prometteuse, pour trouver des idées de vacances, planifier son séjour ou tout simplement s'évader autour du monde en deux ou trois clics.

J'ai été contactée par un des créateurs, qui avait déjà jeté un coup d'oeil à mon précédent blog, afin de raconter mon expérience en Corée et donner aux voyageurs l'envie de découvrir ce pays trop peu connu.

Vous pouvez donc lire ma petite bafouille dans la rubrique Partager > Interviews. Prévoyez pas mal de temps, car sans m'en rendre compte, j'en ai pondu toute une tartine... Et profitez-en aussi pour découvrir les interviews d'autres voyageurs passionnés et le contenu du site en général qui est très intéressant (ce que moi aussi je me promets de faire dès que les l'exam final de vendredi prochain sera passé).

Bonne lecture, et j'attends vos commentaires !
Repost 0
Published by Mimi - dans Web et blog
commenter cet article
1 février 2009 7 01 /02 /février /2009 10:03
Je continue sur ma lancée, après avoir résumé les épisodes précédents...

Après avoir traîné mes guêtres dans le quartier de Sinchon et Hongik et y avoir passé de bon moments (mais je ne pense jamais à y prendre des photos), j'ai investi un quartier de Séoul pile à l'opposé de la rivière Han, côté Sud, à deux pas des indomptables monts Gwanak, pris d'assaut dès l'aube par des hordes de petits vieux en tenue de randonnée. On en trouve plein dans les bus circulants près de la fac, mêlés aux étudiants. Ils se ressemblent tous, on croirait l'attaque des vieux clones...

Comme j'en avais un peu marre de me taper une heure et quart de trajet deux fois par jour (fallait dire aussi que pas mal de gens dans ma classe pleurnichaient qu'ils étaient épuisés alors qu'ils habitaient à 10 minutes de la fac), j'ai décidé de m'installer dans un petit studio que la SNU (aussi appelée Seouldae pour Seoul daehakkyo, université de Séoul) met à disposition des étudiants étrangers, à 20 minutes à pied de la fac.

Voilà à quoi ça ressemble :




Ca ne paie pas de mine, mais c'est aussi peut-ête dû à mes piètres dons de maîtresse de maison, si on peut appeler maison un 16m²... Malgré tout, c'est très bien pour moi. Comme dirait mon enfoiré de caribou (dont c'est l'anniversaire aujourd'hui), "a small room for a small girl".

Et voici à quoi la résidence ressemble de l'extérieur :


Le quartier où j'habite s'appelle Sillim Gosichon, ce qui peut se traduire par "le village des bachoteurs de Sillim"... Y a pas mal de hakwons, boîtes à bachotage privées où les écoliers s'entassent dès les cours finis afin de compléter l'enseignement commun et de préparer les concours d'entrée aux universités. Y a aussi pas mal de librairies et de papeteries, dont celle où j'ai trouvé les fameuses chaussettes "frottis", qu'on peut voir dans un des albums photos, cherchez donc... Mais sinon, on y trouve surtout des petits restos sympas, des cyber-cafés, des noraebang, des hofs et des petits cafés pleins de caractère, alors allez me parler de bachotage... Quand j'ai dit à ma Jihyun, toute fière, qu'on pouvait y boire du café à seulement 1500 wons, elle m'a rétorqué doucement : "Et alors ? A Ewha Salang, l'americano c'est 900 wons." Ô désespoir.

L'endroit où se trouve ma résidence se trouve dans un quartier plus modeste, avec des petits supermarchés (où je trouve quand même du fromage râpé et des coquillettes à 1500 wons), et des étals de poissons, de légumes, de fruits et de gâteaux de riz.

Voici par exemple mon fruitier préféré, juste en bas de chez moi. Là où je viens faire ma provision de petites tomates et clémentines en rentrant des cours !


En ce moment, je n'étais pas sortie beaucoup à cause de l'hiver coréen. Un magnifique ciel bleu mais des températures polaires. Mais ces derniers jours, ça s'est bien réchauffé, tout en conservant le beau soleil. Je suis donc sortie hier faire un petit tour (en me promettant de commencer les révision des exams et mes exposés dès la semaine prochaine), et j'ai pris quelques photos.

Voici l'un des petits cafés dont je parlais, au nom évocateur :


Ca me fait penser à une réplique de Homer Simpson où il évoque sa folle jeunesse : "Je suis devenu diabétique en buvant des frappuccinos"... Je me demande si je ne vais pas finir comme lui en vivant ici. Sur le même trottoir en bas de chez moi, y a une lotteria, un baskin & robins (celui-là va faire des ravages en été, avec les bingsu) et un dunkin' donuts, sans compter la boulangerie Pièce Montée qu'on peut voir dans un certain album photo, pauvre, pauvre de moi...

Mais au fil de mes ballades, j'ai découvert toutes sortes de petites enseignes de restos sympas :




Cette habile inscription signifie "Don't worry, so happy". Ca me paraît indispensable comme école de pensée dans un village de bachoteurs à deux pas de Seouldae...

Et si l'on grimpe une petite colline, voici la vue qui s'offre à vous :




Pour moi, c'est ça la Corée. J'espère que ce genre de petit quartier tout en fouillis résistera encore longtemps aux barres d'immeubles type appartement.

Mais bon, les petits cafés et restos, y a pas que ça dans la vie, non mais. Je suis quand même scolarisée dans la prestigieuse Seouldae, comme on me le rappelle chaque jour. Je vais être très franche en ce qui concerne les cours de coréen langue étrangère, je trouve que les cours à Ewha étaient plus vivants, plus accessibles et moins académiques, c'est sans doute pour ça qu'il n'y avait aucun retard, aucune absence et des devoirs toujours rendus à temps, ce qui est loin d'être le cas dans ma classe depuis septembre. Au moins à pipoland, j'ai été à bonne école pour apprendre la rigueur...

Mais sinon, le cadre est joli :






Ca rend joli dans l'automne coréen, non ?

Et voici le grand terrain de foot, avec les majestueux monts Gwanak en arrière-plan :


Comme vous le voyez, les étudiants de Seouldae entretiennent un esprit sain dans un corps sain (et saint aussi, y a un nombre incalculable de clubs d'étude de la bible, ces mecs assurent d'abord leur place chez Samsung et ensuite leur place à la Droite du Seigneur...) Mais quand je vois tous ces futurs cadrillons en costard et tailleur avec leur sac de squash sur l'épaule, qui vont souvent en couple, ça me fait un peu penser aux Rivières Pourpres, et j'ai l'impression qu'à tout moment, Jean Reno va surgir derrière moi et me murmurer : "C'est pas une fac, c'est un élevage".

Bon, j'arrête de faire ma mauvaise langue. Après tout, si j'obtiens d'assez bons résultats à l'institut de langues, ça augmentera peut-être mes chances d'intégrer leur Graduate school of international studies, et là, ce serait vraiment le pied...

Voilà, vous avez eu de belles photos de Seouldae en automne. Je n'ai pas de photos sous la neige car j'étais trop occupée à rester en vie sur mes deux pieds, surtout depuis qu'on m'oblige à porter des chaussures à haut talon...
Mais si y a de jolis arbres en fleurs au printemps, on r'met ça ?
Repost 0
Published by Mimi - dans Etudes
commenter cet article
1 février 2009 7 01 /02 /février /2009 06:08
Bonjour bonjour !

Oups, je constate que je bats ici tous les records de retard, ça fait un peu retour de la morte-vivante...

Quoi qu'il en soit, bonne année à tous (pas mal en retard), bon solnal à tous aussi (un peu moins en retard), et je vous fais ici le résumé des quelques derniers mois où je n'ai pas donné signe de vie sur ce blog (et un peu partout ailleurs aussi)

Par une belle après-midi d'été dans les bureaux de G.O.A.'L, le téléphone de ma collègue se met à sonner, comme il le fait 50 fois par jour... Et la voilà qui m'annonce : "Myriam c'est pour toi, c'est l'ambassade de Corée en France, ils veulent te donner une bourse !"

En effet, quelques mois avant, ma prof de coréen à la fac de La Rochelle m'avait bien envoyé des renseignements et un dossier de candidature pour un programme de bourse offert par le gouvernement coréen, qui finance un an de cours de coréen et deux ans de master (ou trois ans de doctorat) dans la fac de son choix. Quand on voit les frais d'inscription faramineux des universités coréennes (et je dois hélas déplorer que Ewha est la plus chère), ça représente quand même beaucoup. J'ai donc rempli ce dossier en une semaine, complètement à l'arrache, en "oubliant" la moitié des pièces nécessaires... Quelques semaines plus tard, on me disait que quelqu'un d'autre de la fac de La Rochelle avait obtenu la bourse, et quelques mois plus tard... cette personne en question s'était désistée.

Je l'ai appris fin août, et les cours commençaient début septembre. Fort heureusement, mon supérieur à G.O.A.'L a été assez gentil pour me laisser terminer mon stage avant la date prévue. Encore merci...

Je suis donc en train d'étudier le coréen à l'université nationale de Séoul depuis 5 mois. Les méthodes d'enseignement et le manuel de cette fac (la meilleure de Corée comme on nous le rappelle chaque jour en cours) sont un peu arides, pas étonnant que les taux de retard et d'absence atteignent des sommets...

Malgré tout, on nous bichonne comme des rois, comme en témoignent quelques manifestations organisées en l'honneur des boursiers, le plus souvent hébérgées par l'université de Kyunghee, qui se démarque par son architecture particulière...


Personnellement ça me fait penser à un mélange entre le momument Victor Emmanuel II à Rome et la cathédrale de Lille. Mais bon, c'est plus réjouissant d'étudier ici qu'à Marc Bloch...


Nous avons été gâtés avec des démonstrations de taekwondo offertes par les élèves de Kyunghee, réputés pour être particulèrement doués dans ce domaine (si on marche dans la rue en regardant autour de soi, on constate que beaucoup d'écoles d'arts plastiques portent le label Hongik, pour les dentistes et autres cabinets privés de médecins spécialistes, c'est SNU ou Yonsei, et pour les instituts de taekwondo c'est Kyunghee...)

Lors de la soirée de Noel, toujours à Kyunghee, les élèves avaient l'occasion de déployer leurs nombreux talents :

Voici quatre élèves venus d'Asie centrale (dont l'un est le délégué de ma classe et c'est l'une des personnes les plus gentilles et serviables que j'ai rencontrées), en costume traditionnel, qui nous interprètent en choeur "arirang", la plus connue des chansons folkloriques coréennes :



Nous avons eu droit ensuite à une représentation de danse des éventails et de samulnori :




Et pour finir, un boys band à la mode, "2PM", a clôturé la soirée en beauté.


Décidément, le gouvernement coréen met en oeuvre beaucoup de moyens pour ses petits boursiers, sans compter les sommes incroyables que représentent trois ans d'enseignement supérieur dans les meilleures facs... Bon, je suppose qu'il ne faut pas trop me poser de questions et me laiser porter tout en faisant de mon mieux. On verra bien ce que ça donnera après septembre 2011 quand le programme prendra fin pour moi.

D'ici-là, l'année 2009 qui commence est une bonne occasion de prendre de bonnes résolutions et suivre l'exemple de Lucile, la créatrice du savoureux A nos fourneaux, et faire des mises à jour plus régulières.
Mais quant à cuisiner aussi bien que Luce, là c'est pas gagné...
Repost 0
Published by Mimi - dans Etudes
commenter cet article
13 septembre 2008 6 13 /09 /septembre /2008 11:00
PREMIERE ETAPE : LA CONFERENCE

Je vous ai déjà un tout petit parlé de G.O.A.'L, l'association dans laquelle j'effectue mon stage. En fait, je pense que leur site internet dit déjà tout. Donc je ne vais pas vous filer le programme in extenso...

Du 1er au 3 août 2008, G.O.A.'L a fêté ses 10 ans et pour l'occasion, a organisé une grande conférence qui a eu lieu à l'Olympic Parktel, boui-boui de luxe au sud de Séoul, pas loin de Jamsil.

En tant que stagiaire, j'y étais. Et G.O.A.'L sait comment traiter son personnel :



Et depuis la grande baie vitrée, on pouvait voir un joli parc :


Mais je n'ai pas pu m'y ballader, il pleuvait... Et puis, j'avais du travail. Ah booooon ? Genre, j'ai passé toute une après-midi assise par terre avec deux potes pour traduire la présentation multimédia qui devait passer le soir, et on en a bavé avec le somptueux clavier apple américain, wireless bluetooth et tout le toutim, mais où y avait pas les accents aigus, graves et circonflexexs...

Le vendredi soir, nous avons eu droit à un bon repas où le vin a coulé à flot, et où les discours officiels ont été suivis par un spectacle de B-boys :



Le lendemain, il y a eu quelques conférences et ateliers, mais j'ai passé la majeure partie de la journée derrière un stand improvisé pour la campagne pour la double nationalité. Ca a eu tellement d'insuccès que je ne m'étendrai pas là-dessus... (en fait, comme le samedi c'était payant, on a eu moins de monde et la plupart avait déjà signé la pétition)

Encore un repas sympa, où le vin a été remplacé par de la bière (à mon grand dam), et les B-boys par du samulnori (là c'est mieux) :


Une after-party a suivi dans un bar classieux d'Apgujeong, en tant que membre du staff, j'ai pu aller dans le carré VIP, j'y ai bu du Moët et Chandon pour la première fois de ma vie et je n'ai pas boudé mon plaisir. Pareil pour la vodka gratos...

Et le dimanche, nous avons été voir Jump, spectacle d'arts martiaux humoristique qui se laisse regarder.


DEUXIEME ETAPE : VOYAGE A PUSAN

En fait, j'ai appris seulement la semaine d'avant que la conférence était assortie d'une virée à Pusan, pour y effectuer des recherches de la famille biologique pour les uns, et pour y faire du tourisme pour les autres.

En tant que stagiaire, j'y étais aussi. En fait, c'était plus pour me remercier de mon boulot que pour m'y faire bosser.

Le premier jour, nous avons été reçus à la mairie pour une petite présentation assortie de cadeaux, et un dîner.

Voici Pusan en un clin d'oeil (je sais, je triche) :


Et pour mon plus grand malheur, nous avons ensuite retrouvé le directeur de l'orphelinat de Pusan avec qui nous collaborons, qui nous a offert un verre. C'était plus qu'un verre... Faut bien avouer que le C1, le soju de Pusan, comme son nom l'indique pour les plus avertis (ça se prononce "C one" à l'anglaise et ça sonne donc comme "siwon" qui veut dire "frais" en coréen, ha ha ha elle est bien bonne), est rééllement frais, et meilleur que le soju de Séoul. Résultat, je me suis mise minable comme jamais, dans la plus pure tradition coréenne, et dans mon malheur, le garçon sur lequel j'ai vomi n'était pas rancunier.

Le lendemain, la chaleur aidant, j'avais une extraordinaire gueule de bois, et j'ai à peine pu profiter du joli paysage qui s'étendait sous les fenêtres de notre condominium (mélange entre un hôtel et un appart et lieu de villégiature très prisé des coréens car on peut y faire sa tambouille). En effet, on se trouvait juste en face de la plage de Haeindae, la plus grande plage de parasols du monde :


Joli mais encombré. C'est la Corée.



Pour le deuxième soir, nous avons été invités à un petit barboc sympa à l'orphelinat, le but premier c'était quand même de pouvoir y consulter les documents ayant trait à son abandon. Perspectives pas toujours drôles, mais au moins le cadre était joli :



Et ce soir-là, le brave directeur avait sorti une bouteille de C1 édition collector. Alors j'en ai bu un seul verre, pour faire honneur à la bouteille et au gentil monsieur, sous les quolibets alcoolisés des autres pochards.

Le lendemain, je me suis aventurée sur la plage de Haeindae, et c'est vrai qu'elle mérite sa place dans le livre des records, qu'on tourne la tête à gauche...


... ou à droite.



Pour clore ce voyage, l'on nous a offert un petit tour en bateau. C'est drôle, là j'ai pas vomi...

Le paysage était vraiment joli, et changeait de Pusan en tant qu'un des plus grands ports de commerce d'Asie, ses cargos et ses containers rouillés.


Bon, maintenant que je reste 3 ans à Séoul, j'espère que j'aurai l'occasion de visiter Pusan dans d'autres circonstances.

Sur ce, à bientôt !
Repost 0
13 septembre 2008 6 13 /09 /septembre /2008 10:04
Non, je ne suis pas morte, même si ça fait, quoi, trois mois que je n'ai pas mis ce blog à jour. Il s'est passé de nombreuses choses. J'ai aidé à préparer la conférence de G.O.A.'L et j'ai pris ma première cuite à Pusan (voir plus haut), j'ai failli mourir de chaud durant tout le mois d'août, j'ai galéré pour terminer mon rapport de stage et ma soutenance. Ah oui, et j'ai obtenu une bourse d'études du gouvernement coréen, qui me fait rempiler à la fac et me sauve du chômage jusqu'en 2011.

Je ne vais pas non plus vous parler du Chuseok, la fête traditionnelle des moissons qui a lieu demain, sinon pour dire que ça m'arrange bien car à ce moment-là, tous les Coréens vont voir leur famille en province et du coup, Séoul se vide et les rues sont un tout petit plus calmes que d'habitude.

Pour rattraper un peu tout le retard que j'ai pris dans ce blog, je vais dire deux trois mots sur un petit concert de musique traditionnelle coréenne, où m'a emmenée une amie.

Il avait lieu dans une petite maison en plein coeur de la ville moderne :



Un vieux professeur très drôle et chaleureux, (là, il est en train de présenter une sorte d'ocarina qui je crois s'appelle Fun)

et ses élèves ont offert des démonstrations de nombreux instruments, surtout au bénéfice des plus jeunes installés au premier rang, qui n'avaient pas l'air d'apprécier l'honneur qu'on leur faisait car ils se comportaient comme des cancrelats.

Voici entre autre une flûte qui s'appelle Sogeum (si je me souviens bien) :



Ensuite, un ensemble gayageum (cithare coréenne), tambour, flûte et chant :



Et le clou du spectacle était le pansori, récitation ou déclamation accompagnée d'un tambour. C'est vraiment très impressionnant.


Celui-ci racontait l'histoire de Chunhyang. Une Pipo en visite à l'université de Sangmyung a déjà raconté ça autre part, mais sous une autre forme. Il faut savoir que Le chant de la fidèle Chunhyang est un des standards de la littérature coréenne, et a été adopté sous d'innombrables formes, du roman au théâtre en passant par le cinéma.

Et pour finir, tout le monde, interprètes et public, a entonné en choeur un chant traditionnel qui je crois s'appelle Arirang, mais ce n'est pas celui que tout le monde connaît et chante pour les étrangers.


J'ai pu aller serrer la main du vieux professeur à la fin du concert, et quand j'aurai terminé tout le souk administratif, j'irai prospecter pour voir si je peux pas suivre des cours de haegeum (cithare à une corde) avec lui, j'ai toujours rêvé de pouvoir en jouer depuis que j'en ai entendu au théâtre Chongdong.

Affaire à suivre...
Repost 0
Published by Mimi - dans Musique
commenter cet article
12 juillet 2008 6 12 /07 /juillet /2008 11:14
생일 축아해, ça veut dire "bon anniversaire" en Coréen. Merci à tous celles et ceux qui me l'ont souhaité (et surtout merci à mon petit caribou de Toronto d'y avoir pensé, voilà un bel exploit)

Pour l'occasion, mes collègues et amis m'ont concocté un anniversaire unique en plusieurs étapes.

Ca a commencé lundi par un délicieux gâteau au chocolat offert par une adoptée américaine avec qui je prends les cours de Coréen offerts par G.O.A.'L et qui avait déjà pu remarquer que mon moral n'était pas au beau fixe. Il était très bon (surtout si l'on connaît la qualité moyenne des pâtisseries occidentales en Corée) mais vu qu'on a cavalé 30 minutes en plein soleil avec le gâteau à bout de bras pour retrouver le resto où se trouvaient les autres, il avait un tantinet fondu...

Ensuite, ce sont les collègues qui m'ont emmenée le grand jour dans un resto italien (pour changer un peu du boudechigae _saucisse, oignons et nouilles bouillis dans de la sauce épicée_ que mon patron affectionne) où j'ai pu déguster un succulent gratin de risotto aux fruits de mer. Ensuite, j'ai eu droit à une deuxième gâteau, un très bon cheesecake que tous les adoptés présents au bureau ont partagé de bon coeur avec les employés.

Mais le plus beau m'attendait en sortant du boulot, sur les berges de la rivière Han à 18h30. Ma chère Jihyun, en plus de m'amener de charmants élèves qui ne demandent qu'à apprendre le Français avec entousiasme, m'avait invitée pour une ballade en bateau mouche sur ladite rivière en plein coeur de Séoul.

On a pris le bateau à 19h30 après avoir rapidement mangé au KFC (et pourquoi pas ?). Le soleil se couchait derrière les haies de building (Jihyun adore cette expression française, "le soleil se couche", c'est elle qui m'a fait réaliser à quel point la langue française est si imagée)


Au fur et à mesure de la promenade, tandis que les hauts-parleurs diffusaient des ballades coréennes sirupeuses qui se mariaient curieusement bien au reste de l'ambiance, la nuit tombait et le ciel prenait ses plus jolies couleurs :




J'ai bien essayé par la suite de prendre des photos après la tombée de la nuit, alors que l'assemblée nationale et les immeubles (en particulier le 63 building) étaient joliment illuminés, mais la fonction nocturne de mon appareil photo me déçoit un peu...

En descendant du bateau, nous avons eu droit à une petite aubade, des étudiants interprétaient le très célèbre canon de Pachevel en quatuor à cordes.

Et pour finir, assises sur un banc le long de la berge, nous avons dégusté le gâteau que Jihyun avait apporté (mon troisième, donc, non, je ne suis pas du tout gâtée...) Comme il y avait beaucoup de vent, la bougie n'arrêtait pas de s'éteindre avant que je puisse la souffler. Nous avions épuisé tout notre stock d'allumettes (à savoir deux) lorsqu'un serviable et dégourdi jeune homme s'est amené avec son briquet, a allumé la bougie et a mis ses mains en coupe pour la protéger du vent pendant que je soufflait, sans oublier de me souhaiter un bon anniversaire. Pour le remercier, nous lui avons donné une part dudit gâteau pour lui et sa copine.

Enfin, tout ça pour dire que ces petites attentions sont autant de cadeaux pour remonter le moral !
Repost 0
Published by Mimi
commenter cet article
12 juillet 2008 6 12 /07 /juillet /2008 10:01

Hé bé, ça faisait longtemps...

En fait, ces temps-ci, je n'avais pas grand chose à raconter.

J'ai fait la lourde erreur de déménager dans un gosiwon près de Hongil pour éviter de me taper deux fois une heure et demie de métro séoulite les jours de pointe et je n'ai pas mis lontemps à me rendre compte que j'y perdais largement au change...

Voyez donc la boîte à chaussures :




De plus, dans ce sympathique établissement, une fenêtre de la taille d'une feuille de papier A4 se paie 50 000 wons. Bienvenue dans les quartiers branchés de Séoul !
La patronne était assez radine sur la clim (la nuit ça pouvait monter jusqu'à 28°) et les autres locataires ne s'embêtaient pas vraiment pour respecter les voisins, que ce soit pour nettoyer la cuisine ou pour limiter les nuisances sonores. Ca donnait la télé et portes qui claquent jusqu'à 2h du mat, puis de joyeux réveils à 5h45, avec l'alarme du portable de la chambre d'en face qui braillait pendant 40 minutes, sur un jingle tellement débile que je le chanterai probablement sur mon lit de mort. Ca vaut vraiment la peine de déménager à 10 minutes à pieds du boulot... Ma santé et mon moral en ont pris un sacré coup pendant cette période, et écouter le dernier album de Coldplay en boucle n'arrangeait évidemment rien... J'ai fini par trouver autre chose avant de sombrer définitivement dans la démence, mais ceci est une autre histoire.

J'ai tout même tâché, pour éviter de me jeter par la fenêtre (que je n'ai d'ailleurs pas), de sortir un peu ma peau dans des endroits sympas de Séoul, car la vie n'est pas qu'une vallée de larmes après tout...

Première étape :  la soirée de Kopra à Namsan

J'ai récemment revu une ancienne pipo de Ewha, mais dans l'autre sens (à savoir qu'elle était étudiante de Ewha en échange à pipoland Strasbourg, si ce que je dis c'est du chinois pour vous, TANT MIEUX !!). Elle travaille en ce moment à la Kopra, une boîte allemande qui dipatche des stagiaires dans des entreprises en Asie. Et cette organisation avait lancé une soirée de socialisation où l'on est censé peaufiner son réseau à grands coups de cartes de visite, mais où en fait la culture coréenne et germanique ont fusionné dans un flot de bière et de makkoli et tout le monde a parlé Anglais. Ca se passait au pied de la tour de Namsan :


Il y avait un show de son et lumières qui ne ressemblait à rien, c'était assez pratique pour éloigner les moustiques mais obligeait un peu à hurler pour se faire entendre... Mais ce fut une très bonne soirée, et rencontrer des gens au background germanique, ça changeait agréablement.

Deuxième étape : ballade à l'université de Hongik

Un dimanche après-midi, je me suis traînée dehors pour visiter un peu le campus de Hongik dont j'avais eu un petit aperçu en allant à la poste située sur ledit campus. Depuis le quartier de Hongik, rempli de restos et boutiques branchés et sans cesse encombré de piétons et de voitures (et croyez-moi, les taxis de Séoul n'ont rien à envier à ceux de Marseille), on passe cette immense porte :


Et on se retrouve dans un tout autre univers :


Pour un peu, je me serais cru revenue dans mon Ewha bien aimée. On voit que ceux-ci sont sensibles à l'esthétique. En effet, d'après ce que je me suis laissé dire, Hongik est très réputée dans le domaine des beaux-arts (même si pour le reste, ça n'a pas l'air d'être folichon, mais quand y a des hofs, clubs et noreabangs tous les dix pas, ça n'incite pas à bachoter). Suffit de se ballader un peu dans le coin pour voir des écoles d'art à tous les coins de rues, et des étudiants en tablier plein de taches.

Allez, encore quelques photos pour le plaisir :




Troisième étape : Hangang Park (rive nord)


Comme je me sentais plutôt en forme, après avoir traversé le campus de Hongik, j'ai poussé un peu vers les berges de la rivière Han. Aucun gros monstre plein de tentacule résultat des expériences bizarres des Américains n'est venu me dévorer. C'était un curieux mélange de nature et de béton :





Quatrième étape : parc de Yeouido

Au bout d'un moment, je suis arrivée à un pont et comme je n'avais aucune raison de m'arrêter, je l'ai traversé tranquillement, ça m'a pris bien 15 minutes... Et j'ai fini par arriver au parc de Yeouido, encore un brin de verdure au milieu des immeubles de la haute finance, pour que les cadres stressés puissent au moins passer des week-ends sereins avec leur petite famille :


Où l'on retrouve l'inévitable taegukgi, pour que les braves Coréens n'oublient pas où va leur loyauté. Ségolène n'a rien inventé...


Je me suis engagée dans cet effroyable labyrinthe végétal où j'ai évidemment perdu mon chemin sur ces petites passerelles de bois.


J'ai fini par traîner mes pieds en bouillie dans leurs petites sandales jusqu'à la station de métro la plus proche (qui n'était pas si proche, à mon grand malheur) pour rentrer à Hongik manger des mandous à 3000 wons dans ma petite gargotte préférée.

C'était une petite tranche de vie au milieu de 40 heures de boulot hebdomadaires et 5 heures de sommeil quotidiennes...
Repost 0
Published by Mimi - dans Promenades...
commenter cet article
25 mai 2008 7 25 /05 /mai /2008 03:21
Comme je vous l'ai déjà dit, le mois de mai est le mois de la famille. Ce mois-ci, on fait des petits efforts pour être sympa avec ses parents, ses enfants, ses profs (il y a un jour du calendrier pour offrir des cadeaux aux profs, grands dieux), et on essaie aussi d'être réglo avec les étrangers et autres marginaux , en faisant semblant de les intégrer dans la société coréenne à grands renforts de discours, de remises de prix à ceux qui ont oeuvré pour leur intégration (comme par hasard toujours des Coréens) et de vidéos larmoyantes où des gens tout sourire font des coeurs avec leurs doigts comme dans Lost in Translation...
Le GOAL se devait d'y assister, afin d'y gagner une certaines médiatisation, et de montrer que les adoptés s'y impliquent. Grâce à mon boulot, j'ai pu assister à quelques-unes de ces manifestations :

Le vendredi 9 mai au COEX, on célébrait le jour de l'adoption.

Comme vous le savez peut-être, la Corée estime à présent qu'elle ne peut plus exporter ses orphelins dans les pays industrialisés au même titre que les portables Samsung, les télés LG et les voitures Hyundai. Cette journée était donc totalement consacrée à l'adoption domestique. On pouvait donc y voir entre autres une remise de prix interminables (et Daewon m'a assuré qu'il y a quelques années, cette partie de la cérémonie pouvait durer bien plus longtemps), et une vidéo reprenant la vie d'un adopté domestique qui comme par magie s'entend super bien avec sa famille et sa copine. Miraculeux !!

On continue avec le Together Day, le jour des étrangers, instauré par la Loi sur le Traitement des Etrangers (rien que le nom fait un peu froid dans le dos, même si ce n'est probablement dû qu'à une traduction bancale), au parc olympique. Cette cérémonie fait probablement partie de la stratégie du président Lee Myung-bak pour ouvrir la Corée à la mondialisation, et c'est tout de même mieux (ou moins pire) que de faire pénétrer sur le marché alimentaire des tonnes de pièces de boeuf américain contaminé par le virus de la vache folle, sous prétexte d'honorer les accords passés de libre-échange. Depuis, on peut voir fleurir sur tous les restaurants des affichettes "Australian beef, safe and clean"...
Quelques invités de marque étrangers étaient présents, comme Ida Daussy, la Française la plus célèbre de Corée, ou le consul des Philippines à Séoul. Mais sinon, parmi les VIP, que des Coréens bien entendu...
On a commencé avec des chants et des danses impressionants offerts par des représentants de différentes minorités résidant en Corée, mongoles, thaies et africaines.

Ensuite, nous avons eu la chance d'assister à une représentation de Cookin', du célébrissime théâtre Nanta, vous savez, ceux qui ne sont pas capables de cuisiner sans faire un boucan d'enfer et en mettre partout ^_^ (pire que moi !).  Voici ce que ça donne :

Toujours plus impressionnant, et un bon exemple du mélange des cultures traditionnelles et contemporaines en Corée, des B-boys dansant au son du samulnori (pour plus de renseignements sur le samulnori, rdv sur Une pipo a Ewha) :

Et pour finir, des chorales d'enfants ont interprété des chansons coréennes et étrangères, dont la chanson du dessin animé de Miyazaki, "Mon voisin Totoro", pour mon plus grand plaisir :

Sans compter l'inévitable vidéo où des Mongols, des Africains et des Kazakhs expliquent dans un très bon Coréen combien ils sont heureux, bien intégrés dans leur entreprise et ont plein d'amis.

Bon, je ne sais pas si toutes ces démonstrations d'amitié et ces débauches de moyens vont suffire à faire changer les mentalités. Je me souviens de ce pasteur ivoirien au culte en français de gangnam me racontant qu'une Coréenne lui avait demandé une fois si les Africains vivaient toujours dans les arbres. Et je pense que les voir chanter et danser en costumes traditionnels façon show de Patrick Sébastien ne va rien arranger, même si c'est la seule chose que les Coréens apprécient.
Désolée si j'ai l'air un peu cynique, mais pour moi, la seule façon de faire évoluer les choses, c'est plus au quotidien que pendant des cérémonies de ce genre.
J'attends vos avis sur la question !
Repost 0
9 mai 2008 5 09 /05 /mai /2008 12:12

Bonjour !

Je suis de retour apres une longue absence (mais pas aussi longue que celle d'un certain banquier de Toronto...), sur le clavier coreen de l'ordi de mon pere, alors attendez-vous probablement a quelques fautes.

En Coree, le mois de mai, c'est le mois de la famille. Ceux qui vivent ici savent bien qu'on y fait des jours pour un peu tout et n'importe quoi... Ce lundi 5 mai, c'etait Olini Nal, le jour des enfants. Ce jour-la est ferie et les enfants recoivent plein de cadeaux. (et le 8, c'est Oboi Nal, ou ce sont les parents qui recoivent des cadeaux, mais helas ce jour n'est pas chome, decidement la piete filiale n'est plus ce qu'elle etait...)

N'ayant pas eu a me lever pour prendre le metro de 7h50, je suis allee me balader un peu avec mon amie Iona, que j'ai rencontree a GOAL ou elle bosse comme (excellente) interprete de francais. Elle connaissait tous les bons plans organises a l'occasion du festival Hi Seoul qui a lieu aussi en mai.

Tout d'abord, devant le musee historique de Seoul, il y avait quelques boutiques et expositions d'artisanat avec pas d'activites pour les enfants. De quoi faire le bonheur d'une grande enfant comme moi !

On pouvait y admirer des travaux de ferronerie :

 

Et les enfants pouvaient s'exercer aux joies du pliage :



On pouvait egalement y admirer de jolis ouvrages de broderie :


Mais ce qui m'a le plus plu, c'est evidemment cette charmante dame expliquant a la jeunesse a l'aide d'une poupee  l'habillement coreen d'autrefois, le joli hanbok et sa multitude de sous-vetements. Elle expliquait meme comment aller aux toilettes avec cet attirail ! Ca valait bien les robes a tournure...


Nous n'avons pas visite le musee car il y avait trop de monde.

Nous nous sommes alors dirigees vers Insadong, le quartier des boutiques et maisons de the traditionnelles. Malheur, il y avait encore plus de monde, nous pouvions a peine mettre un pied devant l'autre ! Et si je n'avais pas eu mon telephone portable, Iona serait encore en train de me chercher... Par contre, ca ne m'a pas empeche d'y depenser plein de sous...

Et cette vitrine m'a mise en transe :


Des nounours en hanbok, ouaaah !! Mes deux passions reunies...

Pour finir, nous avons fait un petit tour au temple de Jogyesa, lieu de culte bouddhiste en plein coeur de Seoul. En mai, ce n'est pas seulement la famille qui est a l'honneur. Le 12 mai, c'est l'anniversaire de Bouddha, et tout comme Noel, c'est jour ferie ! J'adore le mois de mai... Dans les rues, on peut souvent voir des lanternes multicolores suspendues aux poteaux electriques, mais dans les temples, on se lache, voyez plutot :



N'est-ce pas splendide ? Apres avoir vu le Noel alsacien et l'anniversaire de Bouddha en Coree, je suis comblee !

 
Je suis ravie de voir que le bouddhisme est toujours vivace et dynamique dans ce pays ou domine l'affreux protestantisme proselytique a l'americaine...

Je suis rentree la tete pleine de ces jolies images pour terminer mon devoir d'eco pour La Rochelle...

Et le festival Hi Seoul et le mois de la famille continuent, le 11 mai c'est Ibiang ui Nal, le jour de l'adoption, plus de nouvelles bientot !
Repost 0
Published by Mimi - dans Promenades...
commenter cet article
22 avril 2008 2 22 /04 /avril /2008 13:57
Après m'être réveillée assez tôt et avoir paressé au lit avec un bon Maupassant trouvé dans la bilbiothèque de Come Korea entre deux magazines sur Cécilia Sarkozy, je me suis dit que je n'allais tout de même pas passer toute ma journée sur ce devoir de Shen, et que j'allais quand même me sortir un peu...

Ca tombe bien, j'ai promis à mon petit élève que j'irais à Kyobo pour vérifier le bescherelle que je lui ai recommandé d'acheter. Enfin bon, c'était une bonne excuse pour aller traîner dans le rayon CD, le coin papeterie et surtout... un des plus gros rayons de livres étrangers de Séoul. Et ils ont les derniers Pratchett ! LES DERNIERS PRATCHETT !! Je me suis donc laissé tenter par un paperback de Thud !, les nouvelles aventures de Sam Vimaire, en Anglais, ce qui sera un vrai challenge. C'est vrai, quoi, une fois que j'aurai quitté Come Korea, qu'est-ce que je vais pouvoir lire, à part les parutions du GOAL, qui pèsent un âne mort, il est vrai...

En sortant de Kyobo, je me dis que ce serait dommage de rentrer directement, sans compter que le prix d'un trajet de métro a augmenté de 200 wons depuis mon dernier séjour, faudrait pas laisser perdre ça !

Alors ni une ni deux, je me dirige vers Cheong gye cheon, que je n'avais pas visité depuis que j'avais emmené LN et Fabrice jusque dans le quartier des magasins de perceuses, et que mon cher petit frère m'avait dit : "si j'étais pas si crevé par le décalage horaire, je t'aurais frappée dans la rue"...

Jour de repos dominical oblige, toutes les charmantes familles séoulites étaient bien entendu de sortie :


Il faut quand même reconnaître que le travail de Lee Myung Bak, l'actuel président de la Corée qui a été maire de Séoul sur cet endroit est très réussi :


Je finis tout de même par repartir après cet interlude champêtre, il fallait en profiter car cette année, je ne pourrai plus aller me balader au bord de la rivière ou dans le parc du world cup stadium le sac rempli de victuailles achetées chez Carrefour entre deux cours comme quand j'étudiais à Ewha...
Repost 0
Published by Mimi - dans Promenades...
commenter cet article