Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 avril 2009 6 11 /04 /avril /2009 14:53
Le printemps est là depuis un certain temps. Les températures grimpent, les jupes raccourcissent et les arbres se couvrent de fleurs.

Le campus de Séoul retrouve alors une certaine beauté.

Les fleurs les plus emblématiques du printemps coréen (mis à part les filles en haut talons et petites jupes) sont les azalées et les forsythias. Toutefois, il n'y en a pas sur mon chemin... Mais il y a des cerisiers en fleur à profusion !

Comme promis, voici des photos !


Voici la célèbres porte principale du campus. Ce symbole doit hanter les rêves de bon nombre de mères de famille...

Il n'y a pas qu'au Japon que l'on peut admirer une telle beauté !


Voir cela chaque matin vous console un peu de la monotonie des cours.



Il paraît qu'à cette période, à Yeoido, pour le festival des cerisiers en fleur, il y a une foule incroyable. Mais ici, à l'entrée du mont Gwanak, nous ne sommes pas en reste avec les hordes de petits vieux randonneurs venus ici fringués comme s'ils s'attaquaient à l'Everest...







"Je n'ai eu qu'un A- au dernier exam de mathématiques d'ingénierie ! La vie n'a plus aucun sens pour moi!"
Non, en fait, c'est juste le Museum of Arts qui se la pète avant-gardiste et provocante.


Allez, pour conclure, nos professeurs de danso préférés nous interprètent une autre version de Arirang (celle qui a été chantée en finale lors du concert de musique traditionnelle) pour notre plus grand plaisir !


Repost 0
Published by Mimi - dans Promenades...
commenter cet article
25 mars 2009 3 25 /03 /mars /2009 11:10
Dans le cadre d'une sortie culturelle de classe qui remplace agréablement les quatre heures à user nos fonds de culotte à l'institut de langues, nous sommes allés faire un petit circuit pédestre depuis les remparts de Dongdaemun jusqu'à Ewhajang, la résidence du premier président de Corée.


Les pierres les plus foncées sont les plus anciennes.


Et l'on trouve encore des "passages secrets" comme dirait notre guide.

Ainsi que de petits havres de paix d'autrefois au milieu de l'urbanisation galopante.




Ce tour des remparts est une promenade très agréable bien qu'un peu escarpée. Le guide n'arrêtait pas de faire des pauses histoire d'attendre les retardataires (dont je ne faisais pas partie, et toc) et de se marrer en disant : "Regardez ces mémères !".

Nous arrivons enfin à Ewhajang, ainsi nommée car il y avait beaucoup de poiriers dans le coin, comme pour la fac du même nom.

Vous pouvez remarquer que le printemps est là !



Et voici le fameux président en question, Sygman Rhee :

L'intérieur de la résidence est devenu un musée consacré à la vie de Syngman Rhee et de son épouse Francesca, d'origine autrichienne.

Par exemple, la ficelle de ce cerf-volant était nouée d'une certaine façon pour transmettre des codes :



Voici le bureau du grand homme :


Son portrait :



Et son nécessaire de calligraphie. Comme tous les hommes d'Etat coréens, c'est un fin lettré diplômé de l'université de Paichai et bardé de diplômes des facs de l'Ivy League, parcours que toutes les familles coréennes souhaient pour leurs rejetons.

Et la chambre, avec les photos et surtout les hanboks du couple.


A l'extérieur, les jardins sont aussi adorables que l'intérieur.





Nous avons achevé la sortie par un resto chinois où l'on sert le meilleur riz frit que j'ai jamais mangé (ce qui est aussi l'avis de Bek Bing alias Big Bang, qui en a aussi commandé).

Et nous revoilà sur les bancs de l'école à rêver de devenir à notre tour présidents de la république...
Repost 0
Published by Mimi - dans Promenades...
commenter cet article
22 mars 2009 7 22 /03 /mars /2009 14:52
Allez, je me sens encore en verve ce soir... Alors il est grand temps de vous parler de mon coup de coeur absolu en ce qui concerne la musique coréenne actuelle, j'ai nommé le groupe électro W&Whale.

Encore un groupe du label Fluxus dont je ne me lasserai pas, il est formé des musicos électro W (un genre un peu Daft Punk qui va jusque aux masques de crash test dummies) et de la chanteuse Whale, autrement dit "baleine", certainement pas parce qu'elle pèse 200 tonnes et ne se nourrit que de petites crevettes, mais sûrement parce que son chant est tout simplement magnifique quand on compare avec ce que fait la k-pop de maintenant.

Leur premier album s'appelle "Hardboiled" et je suis tombée sous le charme du titre-phare "R.P.G. Shine", qui dégage une ambiance de modernisme farfelu et déjanté où l'on se laisse porter par la voix chaude et espiègle de Whale. C'est bien simple, c'est ma chanson préférée de pop coréenne depuis bien des années, j'en ai même fait ma sonnerie de portable (malheureusement, parfois le rythme est si rapide que je doute pouvoir la chanter un jour au nolaebang).

Voici des extraits de leur premier album. Mis à part  R.P.G. Shine, j'ai un autre coup de coeur pour Whale song. Une guitare relax, une allusion à Radiohead, la voix géniale de Whale, que demander de plus ?

R.P.G. Shine


Our Happy End



Whale Song

Stardust
 


Too young to die, too drunk to live
(ah ah, j'adore ce titre)


The double life of Agatha Christie


Et un petit extra, Marylin Monroe



Par ailleurs R.P.G Shine a une telle puissance qu'elle sert de fond sonore à la musique d'une pub pour l'opérateur internet SK Broadband, voyez plutôt :



Voici également le clip de la chanson, j'admets qu'il est bizarre, on aime ou on aime pas...


Ensuite, trois extraits de leur album de remix :

Dirty Jean Blue


Un remix de Wol Gwang, qui a fait la BO d'un drama nommé "Que sera sera"

Et High School Sensation


Et pour finir, W&Whale en live !



Regardez donc Whale, n'est-elle pas formidable ? En plus de sa voix magnifique (si l'on excepte de tout petits problèmes de raccord avec le fond), elle sourit tout le temps d'un sourire chaleureux et authentique. Qu'on aime ou pas l'électro, ce groupe-là est un trésor de la pop coréenne.

Enfin bref, je suis contente d'avoir découvert ça, ce qui prouve que les irlandais et les japonais ne sont pas les seuls à faire du bon son, et que je peux être fière de ce qui se fait du côté du matin clair et frais... Continuez comme ça !
Repost 0
Published by Mimi - dans Musique
commenter cet article
22 mars 2009 7 22 /03 /mars /2009 13:13
Mes leçons de danso continuent, et c'est pas dommage...

C'est toujours aussi dur de sortir la moindre note... Mais au moins, je ne suis pas la seule à tirer des sons de petits lapins qu'on étouffe (copyright Pratchett), à contempler la flûte dans mes mains d'un air désolé et jeter des coups d'oeil agacés vers ce chinois qui s'en sort apparemment sans aucun effort.

Mais ça avance, et ça détend aussi...

Sans compter que pour me rendre au musée folklorique, je passe immanquablement devant le temple Jogyesa et ses belles boutiques d'objets bouddhiques :




Ce bouddha rigolard n'est-il pas plus sympathique que les pietàs et les christs en croix ?



Le printemps est là !


Et pour finir, un pro va vous montrer comment on joue vraiment du danso. Allez chauffe !




Repost 0
Published by Mimi - dans Musique
commenter cet article
12 mars 2009 4 12 /03 /mars /2009 12:40
Quelle entrée en matière pourrie... Faut croire que les cours de Seouldae me laminent le cerveau... Bon, je vais le dire franchement à présent, je ne recommande à personne d'apprendre le coréen langue étrangère dans la plus prestigieuse des facs de Corée. Et quand je regarde autour de moi, je constate qu'il n'y a pas qu'à l'île de Ré qu'on trouve des ânes en pantalon (même si je me suis fait de très bon amis, surtout le semestre dernier) Les petites japonaises de Ewha me manquent...

Mais bon, trêve de mauvaises pensées. Histoire de m'aérer les idées, je me suis inscrite à un cours de danso (flûte coréenne) gentiment proposé aux étrangers de Séoul par le musée folklorique situé près de Kyungbokung.

Je me suis donc rendue samedi dernier à mon premier cours, par un beau matin clair et frais.

Le musée folklorique est un endroit incontournable, d'autant plus qu'il est gratuit. Les jardins et l'extérieur sont déjà très alléchants :







En fait, le permier cours consistait surtout à faire les présentations et à se familiariser avec les professeurs et l'instrument (d'où la projection d'une vidéo de la prestation un grand maître, durée 20 minutes). J'y ai retrouvé une fille de ma classe, une chinoise fort sympathique qui a étonné le professeur par sa maîtrise quasi-parfaite du coréen. Y avait aussi un irlandais passionné par la France, et parlant un français excellent.

Deuxième étape : fabrique toi-même ton propre danso ! En fait, il fallait percer les trous dans les emplacement indiqués et les polir avec des tortillons de papier de verre :


Troisième étape : sortir un son. L'embouchure d'un danso est très particulière et n'a rien à voir avec celle des flûtes à bec de nos années collège ni même avec la clarinette sur laquelle j'ai sué preque 20 ans de ma vie. Il faut placer ses lèvres d'une certaine façon et bien maîtriser son souffle. A ma grande honte, je ne suis pas parvenue à tirer le moindre son de mon danso en bambou, ni même de celui en plastique jaune qui est censé être plus facile pour les débutants. Mais je n'étais pas la seule. Mais ça va mieux après quelques essais chez moi histoire de rendre la pareille à la chinoise hystérique qui hurle tous les soirs au téléphone en tapant sur les murs (j'ai bien envie de lui faire un tour de cochon un jour et d'appeler le samu en criant "ma voisine fait une crise de delirium tremens !"). On verra bien ce que dira le professeur après-demain...

Voici donc de quoi me changer les idées et m'aider à rester zen !

Repost 0
Published by Mimi - dans Musique
commenter cet article
6 mars 2009 5 06 /03 /mars /2009 13:35
Ce soir, après une super après-midi avec Hoya, une autre amie de GOAL, passée au jimjilbang (sauna et bains publics, j'en ai déjà assez parlé dans mon autre blog), je me sens en verve pour un peu de musique.

On commence avec Phonebooth, qui fait du bon rock, ce qui nous change de ce que l'on peut entendre habituellement en Corée. Dial est le morceau que je préfère, flegmatique mais puissant.


Ensuite, un petit nouveau (pour une fois), FT Island, avec 나쁜 여자 (méchante fille)


On revient un peu dans le temps avec une chanson qui passait lors de mon dernier séjour en Corée en 2006, et avec lequel je cartonnais au nolaebang, j'ai nommé Everlasting de BoA. Ce doit être la dernière chanson d'elle que j'apprécie vraiment, car je trouve qu'en ce moment elle fait un peu n'importe quoi...


Gummy est une chanteuse un peu RnB à la voix très riche et pleine d'émotion. Cette chanson, 님은 먼곳에, fait partie de la BO d'un film (que je n'ai bien entendu pas encore vu) où il est question si j'ai bien compris d'une fille qui se fait chanteuse de cabaret pour aller rejoindre son bien-aimé qui se bat au Viêt-nam.


On revient toujours à ses anciennes amours, surtout s'il sont toujours aussi beaux et font un carton d'année en année. Dans mon cas, c'est SG Wanabee, qui réinterprète Arirang, la plus connue des chansons traditionnelles coréennes, de toute beauté !


Et pour finir, Som Dam Bi, énième chanteuse de pop sexy, mais cette chanson, Bad Boy, m'a impressionnée quand j'ai entendu une copine me la chanter au nolaebang, ça m'a vraiment scotchée...


Et comme pour Big Bang, je vous offre la version ballade acoustique de cette dernière chanson, qui est souvent meilleure que l'originale...


Restez en ligne ! J'ai encore plein d'autres bonnes choses pour vous !
Repost 0
Published by Mimi - dans Musique
commenter cet article
26 février 2009 4 26 /02 /février /2009 01:59
Samedi dernier, j'ai sorti un peu ma peau (il était temps) avec Iona, une adorable volontaire de GOAL parlant parfaitement français, avec qui je suis devenue très amie. Nous avons été flâner un peu à Insadong, un endroit dont je ne me lasse pas.


Sympathique comme idée cadeau, ces habillages de bouteille !

Sur ces deux magnifiques cravates sont brodés des textes en coréen, une véritable oeuvre d'art...

Dans cette même boutique, Iona m'a offert un adorable petit carnet...

Et pour le plaisir des yeux, une boutique de ttoks à Jongro :




Je dois aussi avouer qu'après deux mois d'abstinence, j'ai pas mal flambé côté pognon...

C'est à Insadong qu'on peut trouver des boutiques très classes vendant des vêtements inspirés de l'habit traditionnel coréen et remis au goût du jour. C'est très chic et très cher... Heureusement, les deux que j'ai trouvés étaient en solde, j'en revenais encore pas.

Je n'étais pas au bout de mes bonnes surprises. Iona m'a emmenée à Kyungin, un adorable havre de paix dans une ruelle latérale qu'on ne remarque pas au premier coup d'oeil, et qui propose un joli salon de thé traditionnel et une galerie d'art sur plusieurs pavillons.





Voilà l'entrée du salon de thé:


Et l'intérieur :


Au menu : maesil (thé de prune) frais, thé vert et deux gâteaux de riz.


Ensuite, nous avons passé un bon moment à visiter une jolie exposition de calligraphies, et si vous cliquez sur la photo, vous serez dirigés vers l'album photo correspondant qui vous en montrera plus :


Après, nous nous sommes offert un petit tour à la gallerie de Ssamjigil, pleine de jolis magasins d'artisanat, et nous avons vu quelque chose qui vaut le détour : les pains en forme de crotte !! Vous avez vu ? Il y en a un en forme de petite fraise et un en forme de petite merde, ça ne vous rappelle pas une histoire drôle ?


On termine cette soirée par un inédit : la seule enseigne Starbucks au monde écrite dans un alphabet autre que l'alphabet latin original. Jusqu'au bout, Insadong revendique sa particularité coréenne !


Merci pour cette bonne journée Iona !
Repost 0
Published by Mimi - dans Promenades...
commenter cet article
20 février 2009 5 20 /02 /février /2009 14:58
Y a deux jours, j'ai découvert d'excellentissime Vie de Merde (ou tout simplement VDM), qui recense toutes les petites misères cruelles et mesquines de la vie quotidienne (quoi que j'en vois des fois avec des enfants qui sont plus mignonnes qu'autre chose), toutes vécues. Vous remarquerez que plus d'une met en scène des chats.

Après avoir passé quasiment toute la nuit à me poiler là-dessus, j'arrive à cette anecdote (disponible ici) :

"Aujourd'hui, j'ai envoyé un mail en coréen à mon petit ami (coréen) qui est rentré en Corée il y a deux mois. Folle de joie en voyant sa réponse arriver rapidement, j'ai vite déchanté quand j'ai vu qu'il m'avait renvoyé la copie de mon message en corrigeant juste les fautes en rouge. VDM"

Perso ça ne m'étonne absolument pas. Qu'en pensez-vous ?


Repost 0
Published by Mimi - dans Web et blog
commenter cet article
18 février 2009 3 18 /02 /février /2009 12:48
Les habitués de mon blog précédent savent que de temps en temps (et surtout après avoir gagné le concours Expédia section multimédia) j'avais l'habitude de balancer quelques musiques qui m'ont marquée pendant mon séjour en Corée. Je ne dis pas que ce sont les meilleures, ce ne sont peut-être pas les plus populaires ni les plus récentes, mais en tout cas ce sont celles :
- soit que j'apprécie le plus
- soit que j'ai tellement entendues dans les magasins en allant acheter mes nouilles et mon pq que ça m'a marquée durablement.

Alors je récidive sur ce nouveau blog et vous livre quelques morceaux choisis.

Taeyang, 나만 바라봐
(je traduirais ça en gros par "ne regarde que moi", voilà bien encore une idée de macho coréen)
Taeyang, le M Pokora coréen... C'est agréable, rythmé et ça se laisse écouter. Quand je suis arrivée en avril dernier (hé oui, ça date un peu), c'était ce qui passait en boucle partout, difficile de le louper. Comme musique de djeunz coréenne, on a trouvé pire.

Lee Seungi, 여행을 떠나요 (autrement dit "je pars en voyage", youpi !)
J'adore vraiment cette chanson, pleine de soleil et de bonne humeur avec des paroles faciles à retenir. Et on sent que le pianiste aussi s'éclate bien, c'est tout ce que je veux dans une chanson.

Alex, 화분 (pot de fleur, comme c'est poétique)
Alex est un artiste de Fluxus, qui est un label de musique de très bonne qualité par rapport à ce qui se fait en ce moment. Sur le site internet de Fluxus, on peut découvrir d'excellent artistes qui se démarquent par rapport aux boys et girls bands braillant sur de la techno ou du r&b bas de gamme. Vous pouvez même écouter des extraits des albums, mais uniquement sous internet explorer hélas, sur ce bon vieux renard de feu c'est loupé. En tout cas, cette chanson d'Alex est vraiment reposante et propre à la rêverie, ce qui est une bénédiction dans la Corée du ppalli ppalli...

Younha, Haesong (comète)
Ceux qui me connaissent bien savent que j'étais une grande fan de mangas et d'animation japonais (et je le suis d'ailleurs toujours). En ce moment je suis dans ma période Bleach, dont la série animée comporte un générique de fin (il y en a une quinzaine en tout) chanté par Younha, une jeune coréenne qui se défend très bien au piano. Voici la version coréenne de cette chanson, pleine de tonus, qui a fait un carton en son temps.

On termine avec Big Bang, 하루하루
Big bang est l'un des boys band du moment (alors que chez nous, les 2be3 sont morts et enterrés...). C'est pour dire, dans ma classe de coréen y avait un chinois qui s'appelait Bek Bing, son surnom était tout trouvé... En général je ne cours pas trop après ce genre de truc, mais je trouve que celle-ci est énergique sans être énervante, et pas mal sur le plan mélodique.
Allez, petits veinards, je vous mets en prime la version acoustique que j'ai entendue par hasard à la supérette et que je trouve encore mieux :


Pour finir, je me dois de vous dire que J'EN AI CHIE DES RONDS DE SERVIETTE pour parvenir à uploader des fichiers mp3 sur over-blog. Sur Expédia bénis soient-ils, ça marchait tout seul avec le très pratique lecteur Dewplayer, on pouvait balancer ses ziques automatiquement aussi facilement que des images. Mais il semblerait que sur une plate-forme comme over-blog ça ne soit pas si simple... Si on veut utiliser Dewplayer ici, c'est tout un bordel de ftp et de plug-in (je sais même pas ce que ça veut dire), je me suis longtemps fait l'impression d'être une cruche totale mais en allant faire un tour sur les forums spécialisés, j'ai bien vu que j'étais pas la seule que les tutoriels de geeks laissaient pantoise (Lucile, si tout ça te dit quelque chose, un petit éclaircissement serait le bienvenu). Si c'est autant le bordel pour une histoire de protection de copyright et de droit d'auteur des fichiers audio, dans mon cas je dois faire remarquer que les morceaux que je propose ne peuvent pas vraiment être trouvés au virgin du coin. OK, avec overblog on peut utiliser Deezer, mais la connexion entre les deux services est parfois capricieuse. J'ai essayé d'héberger mes musiques sur archive-host qui est bien pratique et vous balance le dewplayer tout cuit sur un plateau, mais 100 MO de stockage c'était un peu short. Alors en désespoir de cause, je suis tombée sur le très sympathique Divshare, qui fournit son propre lecteur audio pour les mp3. Je suppose que tout ça vous passe au-dessus de la tête... Mais pas à moi.

Aussi je vous en supplie, dites-moi ce que vous en pensez, REAGISSEZ ET LAISSEZ DES COMMENTAIRES !!!
Repost 0
Published by Mimi - dans Musique
commenter cet article
14 février 2009 6 14 /02 /février /2009 12:23
Ouf ! Les exams sont finis, quel soulagement ! Quand on sait qu'il faut obtenir 70 points sur 100 et non 50 pour passer au niveau supérieur, on n'est pas tranquille jusqu'au moment où l'on serre son bulletin de notes entre ses petits doigts tremblants après s'être emmerdé comme un rat mort durant toute la cérémonie de fin de trimestre...

En effet, c'est pendant cette cérémonie que les élèves du niveau 6, le dernier du cursus, se déguisent en honorables lettrés anglo-saxons avec la toge noire et le chapeau carré avec un gland au bout d'une ficelle, qui vous donnent l'air de l'objet sus-cité. En août, si je ne redouble pas, c'est moi qui m'y colle... Mais le fait est que le directeur de l'institut de langues remet  à chacun son diplôme individuellement, c'est peut-être solennel et bon pour l'ego, mais c'est aussi horriblement long. Et en plus, ce semetre, c'était aussi le dernier pour les classe spéciales d'élèves malais, et ils étaient au moins 70...

Mais bon, cette cérémonie était aussi l'occasion d'admirer des performances préparées par quelques élèves. Le groupe d'Asie centrale interprétant Arirang pendant la fête de noel des boursiers persiste et signe :



Après avoir reçu nos diplômes et nos bulletins de notes, et fait nos adieux à la prof, nous nous sommes traînés trempés comme des soupes (y a pas plu depuis des semaines et aujourd'hui il fait de nouveau beau, on a eu du bol, j'vous dis...) dans un sympathique petit buffet de viande à volonté genre "tout ce qu'on peut bâfrer pour 10 000 wons". Yuuya le japonais a bien dû s'en mettre pour 30 000 wons, tant mieux pour lui... On a joué à un jeu kirghize nommé "la pastèque", qui met en scène des bruits répugnants et est autrement indescriptible, on a chanté chacun des chansons de notre pays (les chinois c'était dur de les lancer et pourtant ils étaient trois), et nous avons clôturé la sortie en allant glander au centre commercial. Direction : la salle de jeux vidéos d'arcade, comme des grands enfants ! On s'est éclatés sur des jeux de bagnole (et j'ai battu Mariko la japonaise qui est pourtant une experte, vous voyez que je le mérite, mon permis...), mais la principale attraction, c'était ça :



Ca vient du Japon, ça s'appelle le Taiko, ça reprend le principe des percussion traditionnelles japonaises revues et corrigées de façon ludique. Il suffit tout simplement de taper en rythme, au centre du tambour ou sur le côté. C'est plus dur qu'il n'y paraît... J'ai réalisé un score minable et je ne me suis jamais autant amusée. Et dommage qu'il n'y ait pas eu de Dance dance revolution dans cette salle, y a quelques années je ne m'en sortais pas trop mal, je battais même LN ! (si vous avez vu le film Wasabi, vous avez pu admirer Jean Réno qui s'y ridiculise complètement). Là j'aurais épaté tout le monde. Mais c'est sûrement passé de mode...

Ensuite, direction la salle de sajin stickers ! C'est la même chose que les purikura japonais, on rentre dans une sorte de photomaton grand format (on peut s'y entasser à 6 ou 7), on prend quelques photos en prenant des poses délirantes qui apparaissent ensuite sur un ordinateur où on peut les customiser, mais attention ! Le temps d'utilisation est limité, ça surprend toujours la première fois. On peut y mettre des fonds fluos, y ajouter des petites fleurs, des étoiles, des jolis cadres, et y écrire des messages, sans trop surcharger la photo qui est de la taille d'un timbre-poste, et qu'on peut coller partout où l'on veut. Voici à peu près ce que ça donne, je l'ai mise sur mon carnet de vocabulaire :



Ensuite, on s'est posés sur des tables de food court pour déguster des glaces et discuter un peu avant rentrer chez soi, car mine de rien, les exams viennent juste de se terminer et on n'était pas très en forme.

Comme les élèves de notre classe étaient plutôt nombreux à repartir chez eux, c'était la dernière fois qu'on se retrouvait. On s'est quittés sur deux souvenirs : Denis l'ukrainien nous a donné des pièces de monnaie de son pays, et Ernest notre délégué guitariste du Kirghizistan nous a à chacun distribué des petites graines commestibles de son pays, un peu comme des graines de tournesol en plus gros. Cette graine doit nous rappeler le conte coréen que nous avons étudié en classe, qui relate l'histoire de deux frères, l'un méchant et l'autre gentil qui reçoivent chacun une graine enchantée. Une fois plantée, la graine donne une calebasse remplie de richesses pour le gentil frère, et une calebasse contenant un démon pour le méchant.



Deux notes pleines d'amitié sur lesquelles s'achève ce trimestre d'hiver !

Au printemps l'aventure continue (et ça va pas être de la tarte), alors continuez à me lire, et un grand merci pour tous vos commentaires !
Repost 0
Published by Mimi - dans Etudes
commenter cet article