Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 août 2010 1 30 /08 /août /2010 12:55

Bonjour à tous !

 

Aah, ça faisait longtemps... Mais pas de nouvelles, bonnes nouvelles. Ces deux derniers mois, j'ai passé le plus clair de mon temps à GOAL. Rien qui vaille la peine d'être raconté mais le bonheur au quotidien. Mon travail de recherche des familles biologique n'était pas facile, il est vrai. Mais l'ambiance au boulot était formidable, le bureau lui-même situé dans le quartier de Hongik que j'adore, mes collègues adorables et mes supérieurs aussi gentils qu'efficaces. Après un été pareil, la rentrée va être dure...

 

C'est pour ça que j'ai profité des derniers jours de vacances pour répondre présente à la dernière invitation du PCNB pour ses blogueurs préférés : une escapade éclair d'une journée (pluvieuse, hélas) à Gwangju, la plus grande ville du sud-ouest du pays.

 

Tout d'abord, si l'on s'intéresse un tant soit peu à l'histoire moderne de la Corée, il est difficile d'ignorer que dans les années 1980, la Corée était encore une dictature militaire extrêmement violente. En mai 1980 (et non 1988, merci à Marc d'avoir relevé l'erreur) ont eu lieu à Gwangju des insurrections pour protester contre l'oppression (en particulier l'instauration de la loi martiale) et réclamer la démocratie, et celles-ci ont été réprimées dans le sang.

 

C'est donc tout naturellement que nous commençons notre visite par une petite cérémonie au parc du 18 mai, date qui a marqué le début des émeutes.

 

Au milieu se trouve un monument représentant deux mains stylisées qui encadrent un oeuf, symbole du renouveau de la démocratie :

 

SAM 0865

 

L'ambiance est sereine :

 

SAM 0868SAM 0869  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais la musique martiale qui passe dans les hauts-parleurs nous rappelle la solennité de l'endroit :

 

 

Nous arrivons au pied du monument et on nous demande de nous recueillir à la mémoire des centainesde personnes mortes pendant la répression de l'insurrection. Il y avait de nombreux membres des milices de citoyens constituées pour combattre les troopers du gouvernement, mais aussi énormément de civils rafflés au hasard. On n'a jamais su combien exactement.
SAM 0874
SAM 0875
SAM 0876
Nous nous rendons ensuite dans une salle de projection pour regarder une courte vidéo relatant les événements sanglants, à grand renfort d'images d'archives (surtout de la télé japonaise) à la limite de l'insoutenable, appuyées par des témoignages de journalistes américains racontant les troopers envoyés par Chun Doo-Hwan qui les ont mis en joue et comment ils ont senti le vent de la balle à leurs oreilles.
Dans la salle, il y avait également un groupe de visiteurs âgés. Quand la guide leur a demandé se cela ne les dérangeait pas qu'on passe le film en anglais pour nous, ils ont acquiescé avec de larges sourires. J'ai trouvé ça vraiment sympa.
Ensuite arrive l'heure du déjeûner, dans un très joli cadre :
SAM 0878
SAM 0884
Comme l'indique ce set de table, ce restaurant s'appelle Aeluhwa, ce qui signifie "que c'est bien !". Et il mérite bien son nom, tant l'atmosphère est relaxante et les serveuses, souriantes.
On nous a servi une pléthore de petits plats, tous plus succulents les uns que les autres. Avec une telle quantité, il y avait à peine besoin de riz et de soupe !
SAM 0880
SAM 0885Et mention spéciale au dessert : du sikkye au potiron ! Le sikkye, c'est une boisson fraîche au riz un peu sucrée, et le potiron lui donne encore plus de douceur, c'est parfait pour l'été étouffant coréen !
SAM 0886
Une fois nos estomacs bien replis, nous nous rendons au service des relations publiques de Gwangju pour y découvrir le nouveau projet de la municipalité. Il ne s'agit de rien moins qu'un centre culturel où les arts et spectacles de toute l'Asie pourront s'épanouir. Ce complexe inclut entre autres une agence d'information, de promotion et d'échanges culturels et un théâtre. Le coup d'envoi du projet a été marqué par la constitution d'un orchestre formé de musiciens d'une dizaine de pays asiatiques. Le complexe sera achevé dans quelques années. Voici en avant première à quoi cela ressemblera :
SAM 0887
Le complexe s'appelle "Forêt de lumière". En effet, l'architecte a laissé la part belle à la verdure.
SAM 0890
Mais pour l'instant, on n'en est encore aux échafaudages :
SAM 0895
SAM 0896Nous avons même eu droit à un petit speech de la part du directeur des relations publiques de Gwangju, ce qui prouve bien que les blogueurs du PCNB sont considérés comme des interlocuteurs de choix par les communicants coréens officiels.
A la fin de la visite, chacun d'entre nous reçoit un cadeau dans une petite boîte oblongue. Mauvaise langue, je me dis qu'avec un stylo en plus, je vais pouvoir ouvrir une papeterie... Mais en fait, c'est une très belle montre avec les caractères du premier alphabet coréen sur son cadran !
SAM 0892
On enchaîne sur le festival des musiques des musiques du monde, une autre manifestation qui fait de Gwangju une ville très dynamique en matière de culture.
La première partie du programme a lieu au Bitgoeul Civic Center, avec Debashish Bhattacharya, un génie de la guitare indienne.
Même si les photos et les vidéos étaient interdites, voici tout de même de quoi vous faire une idée sur la page officielle du festival. Y a même des vidéos youtube, tiens ^^
Après un dîner de bibimpap, le plat incontournable de la région, nous nous rendons au Pungam Sports Park pour un concert en plein air sous une pluie en pointillé...
SAM 0902
Tout d'abord, Tutu Kame, un groupe folklorique de Sarawak en Malaisie. Quand je les ai entendus, j'aurais juré qu'ils étaient d'Amérique du Sud, tellement leur musique pleine d'énergie rappelait les rythmes latinos (c'est peut-être une vision un peu réductrice...) Voici une vidéo que j'ai prise avant qu'apparaisse sur les écrans l'annonce interdisant les prises de vue...
Le public avait l'air d'apprécier, malgré la pluie intermittente :
Et nous avons dû repartir avant le meilleur : du samulnori fusionné avec du jazz. Et pas avec n'importe qui. Kim Dok-soo est une pointure du samulnori, et il était accompagné de Ahn Suk-sun, considérée en Corée comme un trésor vivant du pansori, et qui s'est aussi produite à Avignon. Le trio de jazz Red Sun assurait la partie jazz. Nous avons dû repartir pour Séoul avant le début mais ce que j'ai réussi à entendre pendant la balance était absolument magnifique.
Et nous sommes repartis à Séoul, encore une fois épuisés mais contents !
Repost 0
Published by Mimi - dans Musique
commenter cet article
12 juillet 2010 1 12 /07 /juillet /2010 13:13

Bonjour tout le monde !

 

Qui a dit que les vacances sont faites justement pour ne rien faire et se resourcer ? Votre courageuse serviteuse rempile pour deux mois de bons et loyaux services à GOAL, cette fois au service de recherche des familles biologiques. Mes journées sont de nouveau bien remplies, mais ça ne m'a pas empêchée de fêter mon anniversaire dans la joie et la bonne humeur.

 

On commence le jeudi soir avec la présidente et la vice-présidente du conseil des élèves, un resto tout à fait sympa tenu par une amie d'une prof à nous.

 

On continue en beauté avec une pizza party au bureau avec gâteau en prime. Mes collègues peuvent me remercier, il est justement tombé une averse pendant l'heure de la pause déjeuner... Et une de mes collègues, que je connais depuis même pas une semaine, sort d'un gros sac un magnifique nounours qu'elle a fait à la main. La petite famille s'agrandit ! Mes bébés vont bientôt avoir besoin d'un billet d'avion pour eux tout seuls...

 

SAM 0851SAM 0852

 

Ils sont-y pas mignons ? 

 

Le soir, des amies m'emmènent à la Ca' del Lupo, un resto italien installé dans une hanok, une maison traditionnelle coréenne. L'ensemble est enchanteur. Un soin particulier a été apporté à la décoration et à l'atmosphère :

 

SAM 0771

 

Nous avons droit en entrée à une mini pizza fromage et fines herbes, et on enchaîne avec de copieux plats de spaghettis vraiment succulents, arrosés d'une bouteille de vin offerte par le patron qui connaissait l'une des mes amies. C'est là que l'amie en question a attrapé le nounours et lui a dit : "Prends bien soin de Myriam, hein, tu sais qu'elle est bordélique alors range sa chambre !". Comme vous le voyez, c'était ma fête ^^

Une autre amie m'emmène prendre une bière avec son mari, un américain charmant, et je vais me coucher car le jour d'après était plutôt chargé...

 

C'est le grand jour que les choses sérieuses commencent. Mon père vient me chercher à Sinchon, et je l'emmène directement à La Celtique, une crêperie bretonne que j'ai repérée en marchant dans la rue. L'endroit est tout à fait typique, et Edith Piaf nous braille tout ce qu'elle sait.

 

SAM 0776SAM 0777

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le patron était charmant, les crêpes savoureuse, surtout la complète au gruyère qui a un bon goût de fromage bien prononcé, elle étaient accompagnés d'une petite salade et on a fait passer tout ça avec un bon verre de cidre. La journée commençait bien !

 

Ensuite, on prend le taxi, direction : le téléphérique de Namsan. La course est rapide mais la vue est plutôt sympa :

 

SAM 0778SAM 0779

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au sommet, les cadenas des amoureux sont plus nombreux que jamais :

 

SAM 0783SAM 0786

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et les tourtereaux peuvent encore trouver à s'exprimer sur des petits carrés de céramique :

 

SAM 0789

 

En fait, j'ai fait venir mon papa à la tour de Namsan pour la jolie vue, l'air pur, mais surtout pour... LE MUSEE DU NOUNOURS !!!!

 

A ne manquer sous aucun prétexte, le musée reprend toute l'histoire de Séoul version nounours.

 

Depuis Tangun, le demi-dieu fondateur de la nation coréenne. Ca se tient, il était le fils d'un dieu et d'une ourse transformée en femme !

 

SAM 0793

 

De joyeux nounours animés comme leurs copains du St Seb pendant les fêtes font revivre le Séoul d'autrefois sous vos yeux :

 

 

Ici, un mariage traditionnel :
Les cuisines du palais royal:
Un marché:
Le couronnement du roi Gojong, le dernier souverain de Corée :
Séoul au XVIIIe siècle, le premier tramway d'Asie !
La seconde partie du musée met en scène les plus beaux quartiers de Séoul, évidemment repeuplés de jolis nounours.
Voici Insadong :
Cheongyecheon, ainsi que l'hôtel de ville à l'heure de la coupe du monde:
Le quartier commerçant de Myeongdong, très apprécié des shopaholics japonaises :
SAM 0819
Hongik et son marché aux puces :
SAM 0826
La visite terminée, un ascenseur nous emmène en quelques secontes au sommet de la tour :
SAM 0831
Une fois redescendus, une autre surprise nous attend : une impressionante démonstration d'arts martiaux !
Oulà, que de vidéos ! J'espère que vos ordinateurs vont tenir...
Une fois la démonstration terminée, nous allons faire un tour à Myeongdong (le vrai). Je n'aime pas énormément cet endroit, surtout le week-end lorsqu'il est bondé de touristes étrangers et que les vendeuses coréennes vous attrapent par le bras en braillant en japonais. Alors nous allons chercher un peu de calme près de la cathédrale :
SAM 0848SAM 0849
Pas extraordinaire par rapport à ce qu'on peut trouver en France, mais pas vilaine non plus.
Nous allons ensuite traîner un peu à Namdaemun, et prenons le taxi pour dîner à Sinchon dans un délicieux resto de poisson cru.
Même si ce n'est pas une façon très conventionnelle de fêter un anniversaire, j'ai passé une excellente journée. Pour plus de jolis nounours, rendez-vous dans l'album photos correpondant !
Et à bientôt !
Repost 0
Published by Mimi - dans Promenades...
commenter cet article
29 juin 2010 2 29 /06 /juin /2010 07:51

Bonjour !

 

D'abord, toutes mes excuses pour ce long hiatus... Contrairement aux idées reçues, la vie d'étudiant est loin d'être une sinécure, surtout en Corée. Des fois, au milieu de mes disserts de 15 pages, ça me donnait envie de tout plaquer pour commencer à écrire un concerto pour vuvuzela ou un roman de vampires qui se passerait dans une école de magie...*

 

Mais heureusement, même les pires choses ont une fin, et j'ai pu profiter un peu de la vie quand les exams se sont terminés. Et hurler en choeur avec les diables rouges est un parfait défouloir !

 

 

Je passerai sur la prestation fort minable de notre équipe nationale, pour me concentrer sur le parcours plus qu'honorable des guerriers taeguk, les footballeurs sud-coréens. Et à chaque fois, leurs supporters nommés les diables rouges nous mettaient le feu ! Lorsde la dernière coupe du monde en Allemagne, j'en parlais déjà ici. Franchement, il est rare de voir une ambiance aussi festive et pourtant aussi sûre. Contrairement, à ce qui se passe en Europe, les soirs de matchs, il y n'y a pas de casse, ou si peu. Aussi quand une copine m'a envoyé un texto pour me proposer d'aller sur la place de l'hôtel de ville pour regarder le match Corée - Nigeria, même si le match commençait à 3h du matin, je me suis dit qu'après tout, on ne vit qu'une fois.

 

Avec quelques autres fières demoiselles de la GSIS de Ewha, nous nous sommes équipées de la panoplie indispensable du supporter. L'incontournable t-shirt rouge, les écharpes, les serre-têtes en forme de cornes qui clignottent, les tatouages qui sont un cauchemar à ôter le lendemain, les pizzas, les chips ET LES BIERES !

 

Arrivées sur place à 23h, l'endroit est déjà blindé :

 

SAM 0751

 

SAM 0747

 

Désolée pour la piètre qualité des photos de nuit. On va dire que c'est de l'art abstrait...

 

On a commencé par regarder le match Argentine - Mexique (si je ne me trompe pas). A la fin, notre copine mexicaine faisait une petite mine...

 

Ensuite, les diables rouges se sont entraînés sur quelques-uns de leurs chants mythiques, comme Pilsung Korea :

 

Et nous avons eu droit à un concert sympatoche, avec à la fin, le girls band de l'heure (et en Corée, ça ne dure guère plus longtemps) After School, qui nous a interprété trois de ses tubes : Diva, Bang et un troisième que je n'ai jamais entendu. Si un caribou en goguette a une idée en écoutant cette vidéo...
A 3h, le match peut enfin commencer. Le résultat, vous le connaissez. C'est drôle, à chaque fois que je mouille mon maillot rouge pour aller encourager les guerriers taeguk toute la nuit, ils gagnent jamais, voyez contre la Suisse il y a 4 ans... Mais l'ambiance était bonne, à part quand les supporters se sont mis à huer dans les dernières minutes à chaque fois qu'un nigerian faisait un corner. Et quand on a appris que la Corée allait en 8ème, les supporters ne cachaient pas leur joie :
SAM 0756
Encore un beau petit matin clair (et surtout frais) pour la Corée, même si l'euphorie n'a pas duré longtemps. Mais c'est pas grave, bravo quand même !
SAM 0755
Repost 0
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 16:55

Tous les copains du PCNB en ont parlé sauf moi... Et pourtant, ce mercredi 12 mai, ce fut un grand honneur pour nous de visiter la Maison Bleue, qui est le palais présidentiel coréen. L'équivalent de la Maison Blanche ou du Palais de l'Elysée, quoi !

 

intro01 img 01

 

En fait, la cérémonie a été organisée en l'honneur des World Friends Korea, qui regroupent les volontaires coréens du KOICA et le Taekwondo Peace Corps.En effet, les activités du KOICA, l'agence coréenne pour la coopération, ne se limitent pas à l'attribution de bourses à des femmes formidables. Le KOICA envoie également de nombreux volontaires dans les pays en développement à titre d'aide humanitaire. Et aujourd'hui, le président Lee Myung Bak en personne a félicité ces hommes et ces femmes qui ont apporté leur temps, leurs efforts et leur expertise à ceux qui en ont besoin. Les membres du Taekwondo Peace Corps effectuent à peu près la même tâche tout en transmettant les valeurs du taekwondo (défense de soi et respect des autres). Et parmi les joyeux blogueurs, 16 petits veinards ont été sélectionnés pour assister à la cérémonie ayant eu lieu à la Maison Bleue, plus en qualité d' "ambassadeurs" que de véritables participants.

 

Nous nous retrouvons à Kyeongbokgung où un bus doit nous acheminer. Tous les volontaires du KOICA portent des t-shirts blancs avec des bandes de couleurs selon leur spécialité, et les taekwondo boys & girls sont en tenue traditionnelle. Nous autres tirés à quatre épingles les regardons avec envie... Déjà, la place est remplie de gominés en costard avec des oreillettes et des talkie-walkies.

 

A l'arrivée, le contrôle est aussi strict qu'à un aéroport (à la différence près que les employés étaient souriants). Portique et fouille du sac. Ceux qui ont apporté des appareils photos se sont vus enjoindre de ne pas les sortir du sac (donc toutes les photos que j'ai postées viennent des sources officielles). Nous gagnons nos places près des ambassadeurs. Et chacun d'entre nous reçois un chouette chapeau...

 

La cérémonie a lieu dans un superbe jardin appelé Nokjiwon. Et le soleil brillait de mille feux. Veinards, je vous dis...

 

Les membres du Taekwondo Peace Corps nous offrent une démonstration musclée à grands renforts de cris de guerre et de musique rythmée.

 

Peu après, ce sont les enfants de familles multiculturelles qui nous interprètent l'incontournable Arirang, et une chanson sur l'air de "la danse des canards" où il est question de petits anges. Parmi les spectateurs, y avait deux Français et un Libanais francophone qui se bidonnaient comme des fous apparemment sans raison...

 

Arrive le grand moment : le président Lee fait son entrée, accompagné par son épouse, et prononce un discours de félicitation, tout en insistant sur la nécessité pour la Corée de continuer ses efforts en termes d'aide au développement, en grande partie car après la guerre de Corée, elle a elle-même intensivement bénéficié de cette aide, sans laquelle elle n'aurait jamais réussi une croissance économique aussi rapide.

 

m-1(55)

 

Ensuite, ce sont les présidents du KOICA et du Taekwondo Peace Corps qui y vont de leur petit discours. Saviez-vous qu'un jeune qui fait du taekwondo a moins de chances de virer délinquant, à cause des valeurs de respect et de toutes ces sortes de choses ? Brice Hortefeux serait sans doute intéressé...

Après cela, ce sont deux volontaires qui donnent un témoignage de leur expérience.

 

Une fois les discours terminés, le président s'éloigne de l'estrade pour aller serrer la main aux ambassadeurs. Et comme nous étions placés tout près d'eux, il vient nous voir tout naturellement. Mon pote annonce fièrement : "I am from Lebanon", et celle qui bredouille "Je suis Française" dans un coréen pitoyable en utilisant même pas le bon niveau de politesse, c'est moi

 

La réception au jus de raisin et gâteaux de riz peut commencer !

 

m-2(42)

 

Durant la réception, nous rencontrons l'aimable président du PCNB. Il nous propose très gentiment d'aller faire une photo de groupe avec le président et la première dame sur l'estrade prévue à cet effet. Nous devons la recevoir par mail sous peu, je la mets à jour dès que possible !

 

D'autres photos sur le site de la présidence coréenne.

 

Après avoir bien discuté entre nous, entre autre des aléas de la vie de boursiers (car c'est au tour de la deuxième vague de blogueurs d'en baver avec les admissions en master et doctorat), nous reprenons le bus pour la station de métro.

 

Encore une bonne journée !

Repost 0
Published by Mimi - dans Actualité
commenter cet article
10 mai 2010 1 10 /05 /mai /2010 12:57

C'est parti pour la dernière étape de mon, ou plutôt notre voyage au Jeolla-do. Iksan se caractérise par de nombreuses reliques du royaume de Paekche. En effet, aux premiers siècles de notre ère, la  péninsule coréenne était partagée en trois royaumes : Goguryeo au Nord, Silla au Sud-Est (dont Gyeongju était la capitale) et Paekche au Sud-Est, mais en fait, il s'étendait jusqu'à l'emplacement du Séoul actuel.

 

Après avoir mangé un bibimpap pas vraiment inoubliable, nous commençons par le site du temple de Mireuksa. Il aurait été fondé après qu'un roi et une reine de Paekchae aient assisté à l'apparition de la trinité bouddhique en se rendant à un (autre) temple. En fait, ce temple a été complètement détruit, il est en cours de restauration et représente surtout un intérêt pour les archéologues...

 

Voici ce que cela donne de loin :

 

SAM 0672

 

Plutôt vide...

 

Le musée présente toutefois de belles pièces :

 

SAM 0678

SAM 0680

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A l'intérieur d'un bâtiment en préfabriqué, on peut observer l'étendue du chantier archéologique :

 

SAM 0684

 

Et mine de rien, se promener au milieu des ruines est assez reposant.

 

SAM 0686

 

 

Et il reste de beaux monuments, comme cette pagode restaurée, ou ces piliers porte-drapeaux :

 

SAM 0688

SAM 0697

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais nous ne nous éternisons pas, et nous bougeons vers les bouddhas de Godo-ri. Deux statues de Bouddha très anciennes et à l'air débonnaire, perdues au milieu des champs :

 

SAM 0701

SAM 0704

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On pourrait penser que c'est la même, mais non... Observez l'orientation du soleil.

 

 

Et pour la dernière fois, nous nous arrêtons devant la pagode de Wanggung-ri, elle aussi perdue au milieu d'un chantier archéologique.

 

SAM 0705

Comme d'habitude, plus de photos dans l'album dédié !

 

C'est la fin de notre périple. C'était intéressant et ça l'aurait sans doute été encore plus si j'avais pu comprendre toutes les explications en coréen. Néanmoins je ne regrette pas.

 

Restez en ligne ! J'ai encore d'autres surprises pour le joli mois de Mai !

Repost 0
Published by Mimi - dans Promenades...
commenter cet article
9 mai 2010 7 09 /05 /mai /2010 09:51

Bonjour !

 

C'est reparti pour notre petite visite du Jeolla-do au printemps. Je vous avais laissés le soir du premier jour à Gunsan. Nous nous dirigeons donc à Jeonju, qui est le chef-lieu du Jeolla Nord, pour prendre le repas du soir. C'était très coréen: soupe de poisson épicée, galette de fruits de mer et makkeolli, la fameuse liqueur de riz qui commence à devenir aussi célèbre que le Soju. Cela nous a aussi donné l'occasion de discuter d'une manière plus informelle avec nos professeures, ce qui est très agréable.

 

Ensuite, direction le Hanok maeul, le village traditionnel de Jeonju, dans lequel se trouve l'auberge où nous allons passer la nuit.

 

Notre chambre est petite, l'ameublement réduit au strict minimum (un meuble bas, quelques couverture et oreillers et une mignonne salle de bains) mais cela reste charmant :

 

SAM 0569

SAM 0571

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et dans le jardin, les seuls et uniques coeurs de Marie que j'aie jamais vu en Corée ! Que de souvenirs...

 

SAM 0572

 

L'auberge a été aménagée dans une "hanok", une maison traditionnelle coréenne :

 

SAM 0575

SAM 0576

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SAM 0597

 

D'après les explications de ce petit panneau,  notre auberge était un lieu d'études pour les anciens lettrés.

 

Le lendemain matin, je me suis levée très tôt pour visiter le village avant l'affluence touristique. En effet, outre le village ancien qui est vraiment très joli (je dirais même plus joli qu'Insadong), Jeonju est célèbre pour son festival du cinéma.

Mais heureusement, les jolies photos appartiennent à celles qui se lèvent tôt (pour une fois) ^^

 

SAM 0577

 

SAM 0579

 

 

La véritable visite commence avec le hall de Gyeonggi Jeon : si j'ai bien tout compris, c'est là que les rois d'autrefois venaient accomplir les rituels de commémoration des ancêtres.

 

SAM 0605

 

Des artisans viennent montrer leur travail :

 

SAM 0611

 

Et nous pouvons contempler les portraits des derniers rois de Corée :

 

SAM 0622

SAM 0623

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On continue avec l'église catholique de Jeondong, l'une des premières de Corée si j'ai bien compris. Ceux qui me connaissent savent très bien que je suis hautement allergique à toute manifestation du christianisme en Corée, qui, à mon avis, n'a rien à y faire, et surtout pas sous une forme aussi virulente proche du fondamentalisme américain. Mais magré tout, j'ai bien aimé cette petite église dont le style est encore assez ancien.

 

SAM 0632   SAM 0636

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En effet, l'intérieur comme l'extérieur donnent une impression baroque et chaleureuse.

 

Les jardins aussi sont agréables, bien qu'un peu kitsch...

 

SAM 0642

 

Après la visite, nous avons quartier libre pour nous promener dans le village. Il y a pas mal d'expositions et de boutiques, surtout sur le hanji, le papier coréen dont Jeonju a fait l'une de ses spécialités. Le tout sous une profusion de fleurs printanières !

 

SAM 0643

SAM 0646

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une galerie de plein air présente les portraits de figures historiques coréennes, qui se sont surtout illustrées lors de l'indépendance du joug japonais après la seconde guerre mondiale. Voici la bonne Helen Kim, la première doyenne coréenne de Ewha (les précédentes étaient des missionnaires américaines), qui a énormément fait pour l'éducation des femmes en Corée.

 

SAM 0647

 

 

Nous tombons par hasard sur la répétition d'un défilé de mode qui présente des vêtements fabriqués uniquement en hanji, et décorés avec les caractères du hangeul, l'alphabet coréen :

 

SAM 0650

 

 

Une exposition voisine fait aussi la part belle au hanji et à l'artisanat de Jeonju :

 

SAM 0653

SAM 0656

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un peu plus loin, c'est sous nos yeux que le hanji se fabrique :

 

SAM 0667

SAM 0666

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On trempe la natte de bambou dans la pâte à papier et on laisse sécher la couche de pâte qui forme ainsi une feuille.

 

 

SAM 0661

 

Cette porte n'a ni verrou, ni cadenas, ce sont tout simplement quelques bâtons qu'on insère dans des trous dans le mur. On en trouve beaucoup comme ça à Jeju-do, et l'on m'a dit que cela démontrait le degré de pauvreté (et aussi peut-être de confiance) de la société coréenne d'autrefois, où il n'y avait tout bonnement rien à voler chez les gens.

 

Allez, on termine par cette boutique, qui comme vous vous en doutez, m'a mise complètement en transe !

 

SAM 0662

SAM 0663

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et on saute dans le bus, direction Iksan !

 

Mais si vous voulez prolonger votre visite à Jeonju, c'est par ici que ça se passe !

Repost 0
Published by Mimi - dans Promenades...
commenter cet article
3 mai 2010 1 03 /05 /mai /2010 11:13

Bonjour !

 

Histoire de se détendre un peu après les examens et autres séminaires d'écriture de thèse (la manière américaine de référencer la bibliographie rendrait fou même Bernard Pivot), notre école nous a concocté un chouette voyage dans le Jeolla-do, situé dans Sud-Ouest de la Corée. En fait, ce voyage s'adressait surtout à la section Etudes coréennes formant les futures profs de coréen pour les étrangers. En effet, si elles veulent enseigner ce genre de choses, elles ont intérêt à être au taquet sur la culture et l'histoire de la Corée. Mais du coup, y avait pas grand monde de ma section (Etudes internationales) à part une pote mexicaine...

 

Malgré tout, je ne regrette pas, c'était fort sympathique. J'ai dû prendre plus d' une centaine de photos, vous n'imaginez même pas combien de temps ça m'a mis pour charger tout ça sur over-blog...

 

Bon, alors pour pas faire trop d'un coup, je vous livre une note par ville visitée. Je compte le faire dans l'ordre chronologique, mais comme c'est un blog, les notes apparaissent depuis la plus récente. Diantre. Mais vous vous y retrouverez bien !

 

Donc, commençons par le commencement. Après trois heures de route, nous arrivons à Gunsan, située en bord de mer. La particularité de cette ville réside dans les nombreuses reliquats de l'occupation japonaise, qui a duré de 1910 à 1945 et qui a été particulièrement dure.

 

On débute la visite par une rue portuaire où l'on admirer et même visiter des chars, des avions et des bateaux militaires. Un peu comme au mémorial de la guerre que j'ai visité il y a cinq ans. Plutôt sympa mais sans plus, sans compter qu'on n'avait que 15 minutes à tout casser pour tout visiter. Le tourisme à la coréenne, quoi !

 

SAM 0467

 

SAM 0475

 

 

 

On continue avec la Jeoson Bank, première banque de Corée. Elle a été créée par les Japonais aux fins peu avouables de prêter de l'argent aux paysans à des taux élevés pour ensuite les exproprier de leurs terres. Elle a subi de nombreux dégâts (et on s'en est aussi servi dans le passé pour faire de la pub pour des cabarets olé-olé) mais on l'a conservée afin de ne jamais oublier les exactions des japonais.

 

SAM 0482

 

 

 

Notre prochaine étape est l'ancienne douane de Gunsan. L'architecture du bâtiment est allemande, et il a été construit en pierres belges.

 

SAM 0491

 

En effet, ce n'est pas sans rappeler ce que l'on peut voir par chez nous.

 

Voici l'intérieur :

 

SAM 0489

 

Et on a aussi eu droit à une petite expo expliquant comment distinguer un vrai sac Prada ou une vraie montre Cartier d'une contrefaçon.

 

 

Nous nous arrêtons dans un restaurant pour goûter à une spécialité de Gunsan : le crabe. En fait, on sert le crabe découpé, et on doit racler l'intérieur avec une cuillère pour le mélanger à du riz. Et c'est succulent !

 

SAM 0493

 

La marmite au centre, c'est une soupe de poisson assez épicée.

 

 

On se dirige ensuite vers le parc de Wolmyeong, situé près d'un joli temple bouddhiste.

 

SAM 0500

 

En chemin, nous avons aussi surpris quelques écoliers se préparant pour une fête. Que de souvenirs !

 

 

 

Il doit avoir une certaine importance mais je ne suis pas arrivée à comprendre toutes les explications qui étaient données dans un coréen assez poussé. Heureusement, une de nos prof qui est aussi la responsable du programme KOICA, a eu la gentille de nous traduire quelques passages importants. En tout cas, le printemps coréen est là et bien là !

 

SAM 0507

 

SAM 0520

 

 

Dans les rues de la vieille ville qui est très joli (contrairement au reste de la ville), il y a encore de nombreuses maisons de style japonais. Nous sommes passés presque par hasard devant l'une d'entre elle qui avait un charmant jardin. Les profs commencent à taper la discute avec la maîtresse de maison, qui finalement nous invite à entrer. En effet, l'intérieur était très pittoresque, avec le rez-de-chaussée de style hollandais et l'étage composé de chambres japonaises tapissées de tatamis. Je n'ai pas pris de photos de l'intérieur car après tout, c'est une maison individuelle et non un musée, et je connais une certaine Jaja qui aurait pété un câble si quarante nanas s'étaient entassées comme ça dans la maison à la queue leu leu ^^

 

SAM 0526

 

Mais le jardin est vraiment joli !

 

 

On enchaîne sur le temple de Buyugwan, le seul temple bouddhiste de style japonais restant en Corée. Il est classé monument national de la Corée. Vous avez pu remarquer dans mes notes précédentes que les temples coréens sont beaucoup plus colorés. Ici, on peut reconnaître sans peine l'austérité japonaise. Malgré tout, j'aime bien...

 

SAM 0530

 

SAM 0534

 

Et l'intérieur n'est pas mal :

 

SAM 0545

 

Il est toujours en activité, pour les fidèles coréens.

 

 

Prochaine étape, la maison de Lee Yonchun. L'architecture de cette maison est remarquable dans le fait qu'elle combine les styles coréens, japonais et occidentaux. Mais sinon, l'intérieur est désespérément vide...

 

SAM 0549

 

 

Ensuite nous nous rendons au coffre de Shimatani, classé lui aussi dans le patrimoine national de la Corée. Dans ce bâtiment ont été stockés de nombreuses oeuvres d'art et statues que le Japon a volées à la Corée.

 

SAM 0561

 

Dans le joli parc avoisinant, on peut admirer quelques-unes des ces oeuvres d'art :

 

SAM 0564

 

 

Et voici la dernière partie de notre étape de Gunsan, la gare de Impi. C'est par là que transitaient tout le riz et les autres denrées que les Japonais extorquaient aux Coréens pour leurs propres besoins.

 

SAM 0568

 

 

Je pense que là on a saisi le message... En effet, les filles de la section Etudes coréennes seront sans aucun doute amenées à enseigner le coréen à de nombreux japonais, car ils sont de plus nombreux à être intéressés par la Corée et sa culture. Mais quand je parle de culture, c'est plutôt la pop coréenne et les dramas remplis de couples jeunes et beaux qui vivent des histoires d'amour tragiques. Alors évoquer ces événements en cours, j'attends de voir... En tout cas, durant mes cours d'hiver au centre de langues de Ewha, où il y avaient 6 ou 7 Japonaises dans ma classe, intoxiquées de chansons pop et de dramas, on n'en a parlé une seule fois.

 

Mais passons à autre chose. Jeonju est la prochaine étape de notre périple. C'est déjà un peu plus grand que Gunsan et son village traditionel est vraiment adorable. Ce sera donc pour une prochaine note... dans un délai indéterminé, car mine de rien, j'ai pris beaucoup de retard dans mon travail, et on n'imagine pas comment le blogging est une activité chronophage...

 

Comme d'habitude, la visite continue dans l'album photo.

 

Alors à bientôt !

Repost 0
Published by Mimi - dans Promenades...
commenter cet article
25 avril 2010 7 25 /04 /avril /2010 14:12

Bonjour, et mille excuses pour cette longue absence !

 

En France et en Corée, c'en est fini des frimas hivernaux (cf l'avant-dernière note), les températures remontent et les jolies fleurs coréennes s'épanouissent.

 

En Corée, les deux fleurs emblématiques du printemps sont l'azalée (진달래-jindallae) mauve et le forsythia (개나리-kenari) jaune. Les cerisiers sont aussi charmants qu'au Japon mais c'est justement parce qu'ils sont ont une connotation japonaise qu'il sont moins populaires.

 

Pour me détendre un peu après le stress des examens (qui expliquent ce long hiatus), je suis sortie faire de longues promenades sur les campus de Ewha et Yonsei. Bon d'accord, je n'avais pas à marcher beaucoup, mais c'est quand même chouette d'avoir de beaux et grands espaces verts tout près de chez soi !

 

A ce qui paraît, c'est à Yeoido près de l'assemblée nationale que l'on trouve les plus beaux cerisiers de Séoul. On y organise même un festival. Et un jour, j'irai là-bas à la bonne date. Mais à Yonsei, c'était joli aussi ^^.

 

SAM 0385

 

Et pas seulement les cerisiers, même si je serais bien en peine d'identifier ces beaux arbres...

 

SAM 0386

 

Et ça fleurit jusque dans les rues du quartier branché de Sinchon :

 

SAM 0390

 

 

Pour les belles forthysias jaunes, les fans comme Luce devront attendre encore un petit peu, car elles ne sont pas complètement fleuries. Mais ça commence à être joli :

 

SAM 0430

 

SAM 0444

 

SAM 0448

 

 

 

Les azalées aussi sont encore un peu timides :

 

SAM 0449

 

(je viens de m'apercevoir que j'ai pris quasiment la même photo près de la biblio il y a cinq ans pour Une Pipo à Ewha)

 

SAM 0460

 

 

Et pour finir, Ewha nous gâte avec quelques mignons parterres de pensées :

 

SAM 0463

 

SAM 0456

 

SAM 0415

 

 

Finalement, ce beau printemps est le bienvenu après cet hiver particulièrement pénible, et j'ai pu prendre des jolies photos, même si je ne suis pas la reine du cadrage. Admirez donc notre splendide campus !

 

SAM 0395

 

SAM 0409

 

La bonne Helen Kim, première doyenne coréenne de Ewha, a aussi été abondamment fleurie.

 

 

SAM 0416

 

SAM 0422

 

SAM 0431

 

SAM 0433

 

SAM 0436

 

Venez voir l'album correspondant pour encore plus de photos de Ewha et Yonsei.

 

Et restez en ligne, le mois de mai s'annonce chargé et passionnant !

Repost 0
Published by Mimi - dans Promenades...
commenter cet article
26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 11:10
Ce midi j'ai reçu un coup de fil d'une copine m'annonçant que Ewha organisait un petit festival ayant lieu au ECC pour la journée de la francophonie. Pour commencer, je ne savais même pas qu'il y avait une journée de la francophonie, on n'en parle pas dans lemonde.fr qui est ma principale source d'information...

Quand nous sommes arrivées, il y avait un petit buffet pas mal du tout où j'ai bu mon premier verre de vin depuis des mois... Ca ne se refuse pas !

Parmi les points à retenir, la boulangerie Paul faisait la promotion de son installation toute récente en France.

SAM 0363
De charmants marmitons distribuaient des miniatures, choux, éclairs et pains choco vraiment délicieux. Il faut bien avouer que la qualité est largement au-dessus de ce qu'on peut trouver chez Paris Baguette, Tous les Jours ou même Paris Croissant. Mais le prix doit être dur à digérer, par contre (remarque, en France c'est bien pareil). De plus, à ma connaissance, Paul n'a de boulangerie qu'à Yeoido et Incheon, ça fait loin pour le croissant du matin.

Il y avait aussi une petite expo sur le cinéma français du temps où c'était autre chose que Sa Majesté Minor ou Astérix aux jeux olympiques (deux films où je regrette bien le prix du billet)

SAM 0360
Le ciné projetait aussi des court métrages français, mais mine de rien j'avais cours juste après...

Mais attendez... Ca parle un petit peu trop de la France dans ce blog sur la Corée ???

Allez, ça fait rien... A bientôt !
Repost 0
Published by Mimi - dans Promenades...
commenter cet article
19 mars 2010 5 19 /03 /mars /2010 12:04
Aujourd'hui, Bernard Kouchner est de passage à Séoul avec un emploi du temps plutôt chargé... Théoriquement il est là pour discuter de la restitution de manuscrits coréens embarqués par les Français il y a un siècle et demie, cet article d'un site d'actu littéraire que j'aime beaucoup en parle très bien. Toutefois, cette affaire n'est pas évoquée par les canaux officiels...

Je me suis donc rendue à l'université nationale de Séoul pour assister à sa conférence intitulée "La gestion des crises régionales et globales". J'ai usé mes fonds de culotte pendant un an dans le campus immense de Seouldae mais ça ne m'a pas empêchée de me paumer comme une buse pour me rendre à la Graduate School of International Studies où avait lieu la conférence.

SAM 0347

SAM 0354

Monsieur le Ministre a introduit son propos fort aimablement. "Je vous trouve beaux", nous a-t-il dit... Oh, à Ewha non plus il n'aurait pas été déçu...

SAM 0356
Et attention mesdames et messieurs.... La cravate européenne !


Le sujet de la conférence était prometteur mais en une heure, il n'avait bien entendu pas le temps d'en faire le tour in extenso. Plutôt qu'un cours théorique, c'était davantage la réaffirmation de la collaboration franco-coréenne dans le cadre international, pour gérer et régler les différentes crises politiques, économiques et humanitaires qui sévissent encore dans le monde. C'était assez lyrique, un style irréprochable. Son exposé s'articulait autour de quatre points (quatre convictions, selon lui) :
- continuer le dialogue au sein du système des Nations Unies (qui doit être aussi réformé)
- prendre en compte tous les éléments d'une crise dans leur ensemble
- inventer des solidarités nouvelles, une contribution de 0,001 % sur toutes les transactions financières, par exemple. Ce petit pourcentage a fait rire tout le monde mais mine de rien, ce projet n'est toujours pas sorti de terre
- inventer des coopérations nouvelles à l'échelle régionale

La séance de questions-réponses a légèrement avorté vu qu'il devait rencontrer ensuite un certain Lee Myung Bak, président de la République de Corée.

La question des manuscrits n'a pas été évoquée. J'espère sincèrement que les relations entre la Corée et la France n'en resteront pas bloquée, car leur renforcement est, mine de rien, tout dans mon intérêt.

En attendant, je vous dit à bientôt !
Repost 0
Published by Mimi - dans Actualité
commenter cet article