Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 octobre 2009 1 05 /10 /octobre /2009 05:00
Ce samedi, c'était Chuseok, la fête des moissons, que l'on décrit souvent comme le thanksgiving coréen. Ce jour-là est férié, ainsi que la veille et le lendemain. En général, dans les entreprises on en profite pour faire un pont et bénéficier de presque une semaine de vacances, mais manque de bol, cette année ça tombait un samedi, c'est-y pas ballot ?

Mais c'est vrai que pour les femmes, ce n'est pas vraiment des vacances. Elles passent leur temps en cuisine à préparer les mets tandis que les invités hommes discutent dans leur coin au salon, sans parler que eux seuls ont le droit d'accomplir les offrandes rituelles. Donc peut-être sont-elles soulagées que ça dure moins longtemps.

Quoi qu'il en soit, durant cette période, Séoul se vide littéralement tandis qu'un flot de voitures se déverse sur les autoroutes de province. En effet, les gens reviennent souvent à cette occasion dans leur ville natale revoir leur famille. Ewha avait donc affrété des bus navettes pour les grandes villes de province, et ma coloc de Gwangju a réservé son billet de train au tout dernier moment pour profiter d'une place qui se désiste. C'est pas maman qui ferait ça, tiens... Mais ma coloc est une aventurière, et c'est pour ça que je l'adore (et aussi parce qu'on joue les tours de ménage à super mario et que c'est moi qui gagne tout le temps)

De mon côté, j'ai passé un petit week-end chez mon papa à Ilsan, qui avait invité deux trois oncles et tantes pour l'occasion. Autant pour le solnal (nouvel an lunaire) dernier on avait passé pas mal de temps à faire la cuisine (enfin, surtout lui, moi je goûtais solennellemnt les trucs délicieux qu'il me mettait dans la bouche), autant là on s'est détendus car c'était une des tantes qui devait apporter la boustife.

Le samedi matin, après une mauvaise nuit (ils avaient laissé la télé allumée jusqu'à 3h du mat), je me réveille à temps vers 7h pour la cérémonie du Jesa, l'offrande aux ancêtres.


Il y avait les photos de ma mère décédée et de mes grands parents, le tout encadré par des bougies.
Ensuite, trois ensembles de bols à riz, bols à soupe, baguettes et cuillers, ainsi que deux coupelles à alcool. Pour l'occasion, c'était du saké japonais assez cher.
Sur la table s'étalent les mets les plus chers (ma famille m'a détaillé par le menu le prix des différents poissons), des beignets délicieux faits par ma tante ainsi que du raisin de sa ville natale, des ttoks (gâteaux de riz) avec des aiguilles de pin, des fruits, du kim (algue séchée) et j'en passe...
Sur le devant, deux baguettes d'encens qui brûlent, et un récipient pour y jeter la liqueur.

Durant la cérémonie, mes tantes sont allées dans la pièces d'à côté mais on m'a dit que je pouvais rester avec l'oncle pour regarder.
Mon père a fait une première révérence. Il m'avait proposé de la faire, je lui ai dit que je ne savais pas (y a une technique spéciale différente pour les hommes et les femmes) et il a maugréé "mais qu'est-ce qu'on apprend aux mômes à l'école de nos jours..." Il a ensuite servi les défunts en liqueur. J'ai pu verser le saké dans les coupelles, et nous les avons tenues trois fois au-dessus de l'encens pour que les ancêtres puissent en profiter. Ensuite, nous avons jeté l'alcool dans le saladier blanc. Tout en parlant de la pluie, du beau temps et du radiateur avec mon oncle, mon père changeait les baguettes et les cuillères de place d'un plat à l'autre, et a fait une seconde révérence. Pour finir, après quelques minutes, il a fait une troisième et dernière révérence, et tout le monde a pu venir manger. Nous avons bu une gorgée de l'alcool du saladier blanc (celui que les ancêtres ont goûté), d'après ce que j'ai compris ça porte bonheur. Et nous avons festoyé comme il se doit en Corée lors des fêtes traditionnelles. Mon père m'a raconté que dans sa jeunesse, il ne pouvait manger de viande que lors du chuseok, du solnal et des anniversaires. Alors autant en profiter...

Nous aurions dû passer le reste du week-end chez l'oncle et la tante mais personne n'était très chaud. Et en plus j'avais du travail en retard. Si, c'est vrai ! Je suis donc rentrée à Séoul en profitant des rues presque vides et très calmes, avec l'agréable sentiment d'avoir passé un bon moment en famille (ce qui n'a pas été toujours le cas des dernières années ici en Corée)

Bon, j'ai encore du boulot, moi... A bientôt !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

jeannine 18/10/2009 07:58


Trés bien de nous faire découvrir les traditions coréennes pas seulement par ce que tu en entends dire mais surtout parce que tu y participes .